13/10/2006

des musulmans contre la terreur

plusieurs chaînes de télévision du monde arabe pour décourager les candidats à l'attentat-suicide un spot de 60 secondes "Le terrorisme n'a aucune religion".
Depuis l'été dernier, un spot de 60 secondes dénonçant le terrorisme circule sur plusieurs chaînes de télévision du monde arabe pour décourager les candidats à l'attentat-suicide. Le message du film, dont les commanditaires sont inconnus : "Le terrorisme n'a aucune religion".
Le spot peut être visualisé sur le site http://www.noterror.info.

20:02 Écrit par la vraie sioniste dans lutte contre le terrorisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

ne les oublions pas

C'ETAIT UN JEUDI 12 OCTOBRE

 

15:51 Écrit par la vraie sioniste dans lutte contre le terrorisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/10/2006

la france bafouee par l'iran

Ali Ahani, ambassadeur d’Iran en France, bafoue la liberté de la presse
Par Benjamin Sarfati pour Guysen Israël News
Mercredi 11 octobre 2006 à 23:07
Le 11 octobre 2006, le Dr Ali Ahani, ambassadeur de la république islamique d’Iran en France, a tenu une conférence de presse à l’invitation du Club de la presse arabe (CPA) au Centre d’accueil de la presse étrangère (CAPE) à Paris. Il a refusé de répondre aux questions d’un journaliste israélien, Or Heller. Indigné, ce dernier a quitté la salle et invité ses confrères à le suivre. Trois journalistes, sur la quarantaine présents, l’ont suivi. Récit d’une deuxième tragédie journalistique dans un lieu du service public en moins de deux ans.

Le décor est le même : la salle de presse du CAPE au sein de la Maison de Radio-France.
L’organisateur identique : le CPA.
La salle est aussi bondée par des journalistes aussi divers – médias occidentaux et du monde arabe/musulman – et des représentants du CAPE y assistent.
A seize mois d’écart, la même scène – refus d’un dirigeant d’une entité islamiste de répondre aux questions d’un journaliste israélien - va se jouer avec le même dénouement - l’isolement de ce journaliste qui va quitter la scène, accompagné de trois journalistes – et la même défaite de la liberté de la presse.

La langue de bois iranienne
Dès l’abord, Michel Bounajem, un responsable du CPA, rappelle le thème de cette conférence de presse : « L’Iran, la crise nucléaire ».
Le communiqué de presse du CAPE précise : «
Le dossier nucléaire iranien se trouve à la croisée des chemins. Ses répercussions sur la région du Golfe et du Moyen-Orient et au-delà seront énormes.
Beaucoup de questions se posent, d'autres seront posées. Mais la principale pourrait se résumer ainsi : va-t-on à une nouvelle confrontation dans cette région hautement sensible qui n'assure pas moins de 65% du pétrole dans le monde ou peut-on toujours espérer qu'une solution diplomatique, politique verra le jour ?
Il est clair qu'une page, celle des négociations entre les autorités iraniennes et la Troïka européenne et au-delà les six (avec les Etats-Unis, la Russie et la Chine) est presque tournée. Un nouveau chapitre commence. L'issue de la question dépend des puissances occidentales et des positions de l'Iran qui seront décisives. Pour répondre à ces interrogations, le Club de la Presse Arabe invite le Dr. Ali Ahani, Ambassadeur de la République Islamique d'Iran en France qui exposera les positions de son pays vis-à-vis de cette question
».

Puis, Michel Bounajem laisse la parole au Dr Ali Ahani, un diplomate persan chevronné, en poste en France depuis juillet 2006.
Titulaire d’un doctorat en gestion en France, le Dr Ali Ahani a été ambassadeur en France (1988-1993), en Italie, en Belgique et au Luxembourg, et auprès de l’Union européenne. Il a occupé la fonction de directeur général du continent américain, de l’Asie et de l’Océanie, de l’Europe de l’Ouest au ministère iranien des Affaires étrangères.
Autant dire qu’il a une solide connaissance des dirigeants, des médias et des opinions publiques occidentaux.

Sur un ton calme, un brin ennuyeux, il déroule le fil du discours classique iranien en s’accordant de nombreux bons points : « L’Iran a respecté le Traité de non-prolifération (TNP) qu’il a signé. Il agit avec responsabilité. Il ne cherche pas l’arme nucléaire. On insiste sur cette technologie pacifique qui peut être utile et nécessaire à notre développement économique. Tous les Etats signataires du TNP doivent profiter de cette technologie sous le contrôle de l’AIEA (Agence internationale de l’énergie atomique) ». Bref, l’Iran se bat pour que d’autres Etats suivent son chemin…
Et d’ajouter : « L’Iran préfère la voix de la négociation dans laquelle il s’est engagé avec les trois pays européens et Javier Solana [Nda : Haut représentant pour la Politique étrangère et de sécurité commune (PESC) de l'Union européenne]. L’Iran est en négociation pour une solution convenable. Il n’a pas besoin de confrontation ni de guerre ». Un vrai pacifiste !

Le Dr Ali Ahani souligne deux points importants de ce dossier « délicat et compliqué : la reconnaissance des droits de l’Iran définis dans le TNP et les garanties accordées pour que les activités iraniennes ne dérivent pas vers des activités militaires ». Et d’interroger : « Pourquoi l’Iran n’aurait-il pas le droit de produire du combustible nucléaire ? On est obligé d’investir pour construire une vingtaine de centrales nucléaire ». Pour un peu, ce diplomate ferait oublier qu’avec le renchérissement du prix du baril de pétrole l’Iran a les moyens de sa politique.

Cet ambassadeur déplore : « Dommage que sous la pression des Américains, ce dossier va aller devant le Conseil de sécurité. Un transfert sans base juridique ni technique, mais avec une base politique. Il n’y a aucun lien entre le dossier iranien et celui nord-coréen ». Une manière de démentir les rumeurs persistantes depuis des années sur la fourniture de technologie nucléaire par la Corée du nord au régime des ayatollahs.
Le Dr Ali Ahani assure des bonnes relations de l’Iran avec ses voisins. Il évoque même une « coalition régionale pour fournir le combustible nucléaire pour d’autres pays ».

Au bout d’une dizaine de minutes, l’essentiel est dit. L’ambassadeur invite alors le modérateur, un peu étonné de la brièveté de l’exposé, à lancer le débat avec les journalistes.
Les questions sont directes. Le Dr Ali Ahani y répond sans être désarçonné, sans dévier de la ligne persane. De nouveau, il réitère son discours convenu, renchérissant sur la bonne volonté iranienne : « Lors des négociations, l’Iran a signé un protocole additionnel qu’il a appliqué avant sa ratification par le Parlement. On a accordé toutes sortes de surveillance. Après deux ans de négociations, on s’est aperçu que les pays européens ne sont pas sincères ».
Le Dr Ali Ahani prévient que si le dossier nucléaire est transmis au Conseil de sécurité, « le gouvernement iranien sera obligé de suspendre l’application de ce protocole ».

Interrogé sur « l’occupation par l’Iran des îles appartenant aux Emirats arabes unis (EAU) », ce diplomate reformule le problème : il s’agit d’«
îles iraniennes dans le golfe persique » (Nda : l'Iran occupe depuis 1971 les trois îles de la Grande Tom, de la petite Tomb et d’Abu Musa appartenant à un Etat des EAU).
Concernant « l’île d’Abu Musa, il y a un malentendu entre les deux côtés
». Mais « les documents – plans - historiques, montrent l’appartenance de ces îles à l’Iran ». Et de conclure : « Je ne vois pas que vous trouverez un pays qui accepte l’arbitrage international concernant la propriété de son territoire ».

Des satisfecits iraniens
Une journaliste grecque apostrophe cet ambassadeur : « Il y a une contradiction entre l’Iran qui se présente comme un pays démocratique et l’application de la charia, l’exécution des femmes, les droits de l’homme bafoués en Iran ». Et de défendre l’Etat d’Israël. Et d’expliquer que l’Iran envoie des armes au Hezbollah via la Syrie.
« L’Iran n’est pas contre les Juifs. Il les respecte. Nous en avons beaucoup en Iran. Ils ont leurs députés. Ils sont à l’aise en Iran. Si nous avons une position concernant le régime d’Israël, cela ne signifie pas qu’on est contre les Juifs. [Sur le Hezbollah], il y a une expression en Iran : « Approuvez votre fraternité. Demandez ensuite l’héritage ». Nous soutenons le Hezbollah qui a son rôle dans le gouvernement, le parlement libanais, dans la région. Le Hezbollah a montré son efficacité pour défendre la liberté du Liban et contre l’occupation israélienne », répond avec calme le Dr Ali Ahani qui dément toute fourniture d’armes par l’Iran à ce mouvement terroriste.
Quant aux droits de l’homme, il est « injuste de comparer la situation sociale, culturelle iranienne avec celle en France ou en Allemagne. Il faut comparer avec la situation dans les autres pays de la région ».
D’ailleurs, « l’Iran a progressé. Un juge a le droit d’ordonner la lapidation d’une femme. Mais on ne applique plus [cette sentence]. C’est un grand progrès ». Et distillant son fiel, il susurre : « On ne peut pas prétendre qu’en Europe la situation des droits de l’homme est idéale ».

Michel Bounajem rappelle vivement que la conférence est centrée sur le nucléaire iranien.

Revenant sur le programme nucléaire, l’ambassadeur iranien reconnaît un rôle éventuel joué par la France, mais sans que cela signifie la fin du « canal principal ». De toute façon, l’Iran est « pour le désarmement nucléaire dans le monde. Il a même proposé en 2005 une résolution à l’Assemblée générale des Nations unies, approuvée malgré l’opposition des Européens ».

Une agence koweitienne note que l’enrichissement nucléaire et le développement balistique iraniens sont supérieurs aux besoins du régime des ayatollahs et que les pays riverains sont inquiets pour l’environnement en raison du rôle des Russes, auteurs de la catastrophe de Tchernobyl, dans le Golfe ? Le Dr Ali Ahani répond : « Pourquoi être inquiets ? » Il avance une explication confuse et des propos creux sur l’importance accordée par son Etat aux questions environnementales.

A Georges Malbrunot, du « Figaro », il rappelle la guerre subie pendant huit ans par l’Iraq de Saddam Hussein. Il fait part des « relations fraternelles avec les principaux groupes en Iraq : sunnites, chiites, kurdes, turkmènes. Nous ne voulons pas déstabiliser l’Iraq. Regardez ce qu’on a fait en Afghanistan… »

Le lapsus iranien
Un journaliste prend la parole : « Or Heller, du journal israélien Maariv ». Il interroge : « Les Israéliens ont peur de votre bombe atomique, après que le président Ahmadinejad a dit qu’il veut rayer Israël de la carte. C’est pour cela que vous développez votre bombe ? Si les Etats-Unis attaquent l’Iran, vous envoyez les missiles contre Israël ou d’autres pays dans la région ? »
L’ambassadeur iranien tourne son visage du côté opposé au journaliste. Comme s’il attend une nouvelle question d’un autre journaliste. Un fin sourire sur le visage.
Eberlué, Or Heller reste silencieux quelques secondes. Puis il demande au diplomate persan de répondre à ses questions. Quelques voix dans l’assistance s’élèvent pour exprimer leur indignation : « C’est inadmissible ! On n’est pas à Téhéran ! Répondez-lui » Or Heller insiste : « On est à Paris, au CAPE. J’ai été invité par le Club de la presse arabe ».
On sent une houle d’exaspération qui pourrait se traduire ainsi : un journaliste israélien qui veut être respecté ? C’est le monde à l’envers ! Il nous fait perdre notre temps.
Or Heller n’en démord pas : il veut les réponses à ses questions.

Michel Bounajem soupire : « Je ne peux rien faire. Il [Nda : l’ambassadeur iranien] ne veut pas répondre… » Or Heller annonce qu’il quitte la salle et invite ses confrères à faire de même. Trois journalistes le suivent, dont la consœur grecque.
La conférence de presse se poursuit.

Quand Christian Habonneau, secrétaire général du CAPE, sort de cette salle une dizaine de minutes plus tard, GIN sollicite sa réaction. M. Habonneau élude et s’éloigne.

Pour sa première venue au CAPE, ce diplomate a agi comme Ali Daamouch, responsable des relations extérieures du Hezbollah refusant le 6 juin 2005, au CAPE, de répondre à un journaliste israélien Sefy Hendler. Guysen avait alors relaté ce scandale et sollicité diverses autorités. Il avait reçu ces seules réactions :
Dès le 7 juin, le porte-parole du Quai d’Orsay indiquait : « Le CAPE est un GIP, un Groupement d'intérêts publics, indépendant du ministère des Affaires étrangères. Le ministère des Affaires étrangères siège au Conseil d'administration ainsi que d'autres administrations. S'agissant de la liberté d'expression en France, je rappelle qu'il ne doit pas y avoir de discrimination à l'égard des journalistes. Sur le fond, le CAPE va écouter les cassettes, va évaluer cet incident ».

Le 8 juin, l’Ambassade d’Israël à Paris ’’ a protesté formellement auprès des autorités françaises après les propos tenus par Ali Daamouch au CAPE et le refus discriminatoire de répondre aux questions d’un journaliste en raison de sa nationalité israélienne ’’.
’’ Tout comportement d’ostracisme à l’égard d’un journaliste qui, quelles que soient sa nationalité, ses croyances, ses opinions, doit partout dans le monde être en mesure d’accomplir son devoir d’informer, doit être dénoncé ’’, écrivait Muriel de Pierrebourg, porte-parole de Koïchiro Matsuura, Directeur général de l’UNESCO (Paris), à GIN.
Elle ajoutait : ’’ L’UNESCO a toujours encouragé les journalistes et les organisations qui les représentent à traiter les questions éthiques et professionnelles en leur sein, afin de parvenir à une vision commune des droits et devoirs de chacun ’’.

Rappelons que Le 16 juin, invité de la PIAP (Presse israélienne à Paris) au CAPE, Meir Shitrit, Ministre israélien des Transports, répondait aux questions des journalistes, notamment à celle d'un journaliste syrien d'un media syrien.
Il semble que la quarantaine de journalistes présents n’aient pas compris la gravité de ces faits, et ce, dans un espace du service public caractérisé par le principe de neutralité.
Pourquoi nos chers collègues sont-ils restés ? Pour ne pas manquer une déclaration du Dr Ali Ahani ? Celui-ci avait déjà tout dit. Il a ensuite alerté les pays européens sur les risques pour leur commerce que représenteraient d’éventuelles sanctions frappant l’Iran.

GIN avoue ne pas comprendre l’attitude de George Malbrunot. GIN s’était inquiété de son sort lorsqu’il avait été détenu par des terroristes islamistes. GIN s’était réjoui de sa libération. Il ne semble pas avoir saisi toute la situation.
La quasi-totalité des représentants de médias occidentaux et musulmans ou/et arabes n’ont pas quitté la salle pour manifester leur opposition à cette violation de la liberté d’expression par un représentant d’une entité islamiste. C’est là une victoire pour ce dernier.
Mais l’ambassadeur d’Iran a été contesté par les questions pointues des journalistes grec, arabes et japonais non acquis à ses idées, vraisemblablement non convaincus.
L’AFP a titré une dépêche : « L’ambassadeur d’Iran en France refuse de répondre à un journaliste israélien ». Car telle était l’information essentielle à retenir de cette conférence de presse.

Le Dr Ali Ahani a surtout montré le vrai visage du régime iranien : discriminatoire, anti-israélien, irrespectueux de droits et libertés chèrement acquises.
Le président Mahmoud Ahmadinejad veut rayer Israël de la carte. Son ambassadeur à Paris a réussi à écarter un journaliste israélien de son lieu de travail, sans susciter d’autres réactions que quelques cris d’indignation isolés.
Cette attitude de ce diplomate constitue un démenti à toutes ses affirmations policées.
De quoi faire déciller les yeux de ceux qui risquaient de croire ses allégations.
GIN a interrogé diverses autorités sur ce fait récent grave et de mauvais augure.
GIN tiendra ses lecteurs au courant des réactions reçues

source : http://www.guysen.com

17:09 Écrit par la vraie sioniste dans lutte contre le terrorisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

encore une francaise sous dhimmi

Segolene veut financer le Hamas

jeudi 12 octobre 2006.
 

La LDJ rappelle que les principaux alliés de Segolene Royal : le Parti Communiste et les partis d'extrème gauche sont les organisateurs en France des dernières manifestations de soutien aux terroristes antisémites du Hezbollah.

La candidate à l'investiture socialiste, qui voudrait que l'Europe organise une grande conférence internationale sur le Moyen-Orient, sur le modèle de la conférence de Madrid de 1991, a affirmé qu'il fallait « rétablir immédiatement les aides européennes aux Palestiniens ». « Si la famine s'installe, si le désespoir s'installe, alors la guerre civile s'installe. Compter sur cette perspective de guerre civile pour éliminer le Hamas serait irresponsable », a-t-elle dit. Les gouvernements de l'UE ont décidé à l'unanimité en janvier, après la victoire électorale du Hamas, de suspendre les aides qui transitent par l'Autorité palestinienne tant que le gouvernement n'aura pas reconnu Israël et les accords de paix, tout en renonçant à la violence, mais l'UE continue de verser des aides directes aux populations palestiniennes.

 

merci a la LDJ

12:27 Écrit par la vraie sioniste dans lutte contre le terrorisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/10/2006

infolive tv


si vous ne parvenez pas à visualiez...
Infolive.tv

Votre Programme Télé
du Mardi 10 Octobre 2006

INFOLIVE.TV est la 1ère chaîne de télévision sur Internet qui émet des news sur Israël et le Proche-orient dans le monde entier en 4 langues.

INFOLIVE.TV n’est pas un site écrit mais une télévision sur Internet qui diffuse chaque jour 24h/24 des vidéos exclusives.

 

 JOURNAL EN DIRECT D'ISRAEL EN VIDEO


VOS INFOS DU JOUR

- Nucléaire nord-coréen : nouvelles précisions
- Amir Peretz : nouvelles évacuations en Judée Samarie
- Olmert et Katsav sous la souka

Les palestiniens sont priés d'aider à empêcher les tirs de missiles / 'Je suis si mécompris' / Rentrée des classes...pour tous ages / Des étudiants heureux à l'université en Samarie

More Information Regarder EN VIDEO

 

 ISRAEL NEWS : ANALYSE EN VIDEO


KUPERWASSER : "LA COREE DU NORD ET L'IRAN SE PREPARENT A SE BATTRE SUR LE MÊME FRONT"

L'ancien chef des renseignements militaires, Yossi Kuperwasser, revient sur le récent essai nucléaire nord-coréen et détaille les liens entre le régime de Pyongyang et Téhéran. Il analyse également les dernières menaces syriennes.

Durée : 4'07
Date : 9 octobre 2006

More Information Regarder EN VIDEO

 

 ISRAEL NEWS : ANALYSE EN VIDEO


DANY RUBINSTEIN : "MAHMOUD ABBAS IRA AU BOUT DE SON ULTIMATUM CONTRE LE HAMAS"

Notre éditorialiste exprime son inquiétude concernant l'implosion actuelle de l'Autorité palestinienne. Il estime que la situation est au bord du chaos et que Mahmoud Abbas mettra ses menaces à exécution si le Hamas ne coopère pas.

Durée : 4'52
Dtae : 6 octobre 2006

More Information Regarder EN VIDEO

 

 ISRAEL NEWS : TSAHAL EN VIDEO


BILAN POLITIQUE ET MILITAIRE DE LA GUERRE DU LIBAN 2

Retour sur le processus décisionnel du gouvernement Olmert, dans sa gestion de la guerre du Liban. Une rétrospective chronologique des événement politiques qui ont mené Israël à rentrer au Sud Liban.

Durée : 4'04
Date : 05 octobre 2006

More Information Regarder EN VIDEO

 

 ISRAEL NEWS : DOCUMENT 


QUE RESTE-T-IL DES FORETS DU NORD ?

En plus des dégâts matériels, les Katyoushas tombées sur le nord d'Israël pendant la guerre du Liban ont aussi causé un désastre écologique. Les milliers d'hectares de fôret brûlés mettront des années à retrouver leur splendeur d'origine. Des spécialistes ont expliqué à notre reporter Adam Ross, l'étendue de la catastrophe.

Durée : 6'49
Date : 28 septembre 2006

More Information Regarder EN VIDEO

 

 ISRAEL NEWS : ANALYSE 


VERS UNE NOUVELLE COALITION A DROITE ?

Devant les difficultés et les critiques essuyées par l'actuel gouvernement, certains bruits courent sur une probable coalition élargie à droite. Olmert se serait entretenu à ce sujet avec Avigdor Liberman, le chef du parti Israel Beiténou.

Durée : 1'03
Date : 08 octobre 2006

More Information Regarder EN VIDEO

 

 ISRAEL NEWS : TSAHAL 


LE SYSTEME DE MISSILES "SPIKE"

Nouvelle illustration des hautes capacités technologiques et militaires de l'armée israélienne. Un document exceptionnel.

Durée : 7'49

Durée : 7'49

More Information Regarder EN VIDEO

 

 ISRAEL NEWS : DOCUMENT 


HEZBOLLAH, VOYAGE AU COEUR DE LA TERREUR

Infolive.tv vous propose un document exceptionnel, riche en images d'archives, qui retrace toute l'histoire du Hezbollah depuis sa création jusqu'à aujourd'hui. L'occasion de mieux comprendre le rôle de cette organisation intégriste au Proche-Orient.

Durée : 9'51
Date : 19 septembre 2006

More Information Regarder EN VIDEO

 

 ISRAEL NEWS : ANALYSE 


"LE LEADERSHIP ET LA RECHERCHE D'UN BUT NATIONAL EN ISRAËL" Par Jerrold Kessel

Alors que le nouvel an juif vient de débuter, notre éditorialiste revient sur les questions existentielles de l'Etat d'Israël, à commencer par ses frontières. Il livre également une sévère critique du leadership israélien.

Durée : 7'14
Date : 6 octobre 2006

More Information Regarder EN VIDEO

 

 ISRAEL NEWS : ANALYSE 


DANY RUBINSTEIN : "MAHMOUD ABBAS IRA AU BOUT DE SON ULTIMATUM CONTRE LE HAMAS"

Notre éditorialiste exprime son inquiétude concernant l'implosion actuelle de l'Autorité palestinienne. Il estime que la situation est au bord du chaos et que Mahmoud Abbas mettra ses menaces à exécution si le Hamas ne coopère pas.

Durée : 4'52
Dtae : 6 octobre 2006

More Information Regarder EN VIDEO

 

 ISRAEL NEWS : EXCLUSIF 


DU PETROLE EN ISRAEL !

Dans la région de la mer morte, une société israélienne de forage vient de découvrir des gisement de pétrole. Même si les quantités sont relativement faibles, cette découverte engendre de grands espoirs.

Durée : 1'48
Date : 05 octobre 2006

More Information Regarder EN VIDEO

 

 ISRAEL NEWS : ANALYSE 


QUEL JEU JOUE BACHAR EL ASSAD ?

La Syrie souffle le chaud et le frois sur la région actuellement. Quelles sont ses intentions ? Qu'a-t-elle à gagner d'un conflit ? Retour sur la politique d'un pays déstabilisateur du Moyen-Orient.

Durée : 4'38
Date : 9 octobre 2006

More Information Regarder EN VIDEO

18:18 Écrit par la vraie sioniste dans lutte contre le terrorisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

des musulmans avec le pape

Contributeurs Spécialisés
Des musulmans appuient Benoît XVI, Laurent Dandrieu
"La tension retombée, des voix musulmanes se font entendre pour appeler l’islam à clarifier sa relation à la violence."
Imprimer    Envoyer à un ami 
Texte repris de Valeurs Actuelles n° 3644, du 29 Septembre 2006

Et si, au bout du compte, les propos de Benoît XVI à Ratisbonne, loin de laisser derrière eux « un champ de ruines diplomatiques », comme certains l’avaient annoncé hâtivement, avaient produit un choc salutaire obligeant certaines parties de l’islam à engager une véritable réflexion sur son rapport à la violence ? En tout cas, après le trouble suscité dans le monde musulman par ces quelques phrases, le Vatican n’aura pas mesuré ses efforts pour faire retomber la tension. Après les éclaircissements du pape lors de ses différentes interventions, après l’envoi en mission des nonces apostoliques auprès des gouvernements des pays à majorité musulmane, Benoît XVI a reçu à Castel Gandolfo, le 25 septembre, les ambassadeurs de ces pays à Rome pour explorer devant eux « les voies de la réconciliation ».

En français (une version arabe a été aussitôt diffusée par le Vatican), le pape leur a redit « toute l’estime et le profond respect qu’(il) porte aux croyants musulmans » et la nécessité impérative d’un dialogue « sincère et respectueux, fondé sur une connaissance réciproque toujours plus vraie ». Nul mea culpa donc, mais la réaffirmation tranquille de l’exigence de sincérité et de vérité sans laquelle il n’est pas de dialogue fécond.

Et de fait, si des violences antichrétiennes ont continué d’éclater en divers points du globe (une dizaine d’églises ont été, par exemple, incendiées au Nigeria, le 20 septembre), si un certain nombre d’islamistes persistent à répondre au pape par l’invective, comme ce congrès d’intellectuels musulmans réunis à Lahore (Pakistan), le 21 septembre, qui ont réclamé le « renvoi » (sic) du pape, quelques réactions montrent que les propos de Benoît XVI ont, d’ores et déjà, commencé à faire bouger les lignes.

C’est Mario Scialoja, conseiller de la Ligue musulmane mondiale en Italie, qui déclarait, le 18 septembre, à Radio Vatican, que « l’appel du pape à l’usage de la raison est extrêmement opportun ». Au nombre de ceux qui pensent que l’islam a une réflexion à mener sur ce terrain figure l’ancien président sénégalais, Abdou Diouf. « Nous qui sommes musulmans, a-t-il déclaré à l’AFP le 20 septembre, nous devons montrer que nous sommes des hommes de foi et de raison et non pas des hommes de violence. » Démonstration d’autant plus urgente, selon lui, que les violences antichrétiennes de ces derniers jours ont semblé prouver l’inverse : « À ce moment-là, on va dans le sens de ce que dit cet empereur de Byzance » (cité par Benoît XVI). Quant au ministère afghan des Affaires étrangères, il a approuvé « l’appel de Sa Sainteté à un dialogue approfondi ». Dans la presse des pays musulmans, nombre d’éditorialistes, comme celui du Daily Times (Pakistan), ont souligné qu’« au lieu d’exploiter ses déclarations à des fins politiques, les oulémas musulmans auraient plutôt intérêt à formuler une réponse dans l’esprit de son discours ».

Même approche pour l’intellectuel suisse, Tariq Ramadan. Dans une tribune publiée le 20 septembre par le quotidien genevois Le Temps, tout en n’approuvant pas « l’approche réductrice » du pape sur l’islam, il a dénoncé « l’utilisation politique » des réactions des foules musulmanes, notant que « certains gouvernements instrumentalisent ce type de crise pour laisser s’exprimer les frustrations populaires », et déplorant que « ces masses en ébullition donnent l’impression qu’on ne débat pas chez les musulmans ».

Or, a-t-il ajouté, « est-il sage que les musulmans […] fassent mine d’oublier que, depuis cinq ans, ils sont quotidiennement questionnés sur le sens du djihad et de l’usage de la violence ? » Sur les rapports entre foi et raison, le petit-fils du fondateur des Frères musulmans a noté que « l’islam qui ne connaîtrait pas cette relation à la raison serait, en somme, étranger à l’identité européenne ».

Quant aux Frères musulmans, tout en réagissant avec violence aux propos de Benoît XVI, ils n’en ont pas moins réclamé une « discussion académique » sur le fonds théologique des propos du pape. Décidément, celui-ci a bel et bien mis l’islam au pied du mur.
 
Laurent Dandrieu
 
© Valeurs Actuelles
 
Mis en ligne le 05 octobre 2006, par M. Macina, sur le site upjf.org

15:41 Écrit par la vraie sioniste dans lutte contre le terrorisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

liberte cherie

 

Dans ce texte du 30 septembre 2006, Louis Chagnon se prononce sur l’affaire Redeker.

Les différentes «affaires» qui ont défrayé la chronique de l’actualité ces derniers jours, suite au discours de Ratisbonne de Benoît XVI et à l’article de Robert Redeker, devraient interpeller et scandaliser chaque citoyen de notre pays, comme à chaque fois que les libertés fondamentales sont menacées. Or, le constat que nous pouvons faire est qu’il n’en est rien, mise à part une minorité consciente du danger communautariste, remettant en cause nos libertés publiques et notre laïcité, peu de citoyens se mobilisent et encore moins nos responsables politiques.

Les mêmes hommes politiques qui, il y a quelques mois, proposaient au suffrage des Français un projet de constitution pour l’Europe, dans lequel l’article II-71 précisait: «Toute personne a droit à la liberté d’expression. Ce droit comprend la liberté d’opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées, sans qu’il puisse y avoir ingérence d’autorités publiques et sans considération de frontières.». Ils sont loin aujourd’hui de se bousculer au portillon pour défendre cette liberté, ce qui démontre toute la tartufferie de nos soi-disant élites et de nos responsables politiques de tous bords, qui prétendent penser pour nous et mieux que nous.

Ainsi, ce professeur de philosophie condamné à mort pour avoir écrit quelques vérités sur l’islam n’est guère apprécié et encore moins soutenu. Pour Gilles de Robien, ministre d’une Éducation nationale en pleine déconfiture, aux prises avec un communautarisme musulman agressif (voir le rapport Obin), un fonctionnaire «doit se montrer prudent et modéré en toutes circonstances», alors que cette modération ne concerne évidemment pas les fanatiques musulmans, hurlant leur haine après le discours de Ratisbonne et assassinant, entre autres, un prêtre en Turquie et sœur Sgorbati, dont le seul grand tort avait été de soigner des musulmans à Mogadiscio.

Robert Redeker a simplement usé de sa liberté d’expression, comme tout citoyen d’un pays démocratique, liberté classée par les Constituants de 1791 parmi les «droits naturels, inaliénables et sacrés» dans la Déclaration des droits de l’homme: «art. 11. La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme; tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi.». En l’occurrence, dans une démocratie laïque, rien n‘est sacré et tout peut être sujet à débat, y compris la religion. Malgré ces textes garantissant la liberté d’expression, Robert Redeker est mis au ban de la société pour un article au titre prémonitoire: «Face aux intimidations islamistes, que doit faire le monde libre?».

Mouloud Aounit, qui ne pouvait se laisser distancer par les officines musulmanes vouant le professeur aux gémonies, a même annoncé que le Mrap «saisira ses avocats pour voir s'il y a dans ce texte matière à qualification pénale, et portera plainte le cas échéant».

D’ailleurs, d’après l’AFP, Robert Dereker serait connu pour «ses prises de positions polémiques», il aimerait «attirer l’attention sur lui», «ses propos agaçaient souvent ses collègues» et une élève estimerait «normal que des gens se révoltent car il a dit des choses qui étaient fausses par rapport au Coran». Ainsi, au XXIe siècle, en France, une élève de lycée (qui n’a manifestement jamais lu le Coran) trouve normal que son professeur soit menacé de mort! Nous mesurons là tout l’échec de l’Éducation nationale à former des citoyens à l’esprit critique, responsables et conscients de leurs droits et devoirs.

Rien n’est plus utile que de relire les bons vieux classiques et nos politiques devraient se replonger dans le préambule de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen: «Les représentants du peuple français, constitués en Assemblée nationale, considérant que l’ignorance, l’oubli ou le mépris des droits de l’homme sont les seuls causes des malheurs publics et de la corruption des gouvernements, ont résolu d’exposer, dans une déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrés de l’homme (…)»; les restrictions à la liberté d’expression que l’on constate depuis plusieurs années en France, en particulier quand il s’agit de l’islam, pour cause d’angélisme, de politiquement correct et de repentance post-coloniale, démontrent que notre pays a renoncé à ses propres principes. Nos élites intellectuelles et nos gouvernants ont oublié le respect des valeurs qui ont fondé notre démocratie.

Il fut un temps où, en France, les écoliers, dont j’étais, apprenaient un poème de Paul Éluard, écrit en 1942, c’est-à-dire en pleine occupation, intitulé Liberté:

«Sur mes cahiers d'écolier
Sur mon pupitre et les arbres
Sur le sable sur la neige
J'écris ton nom (…)
»

Soixante ans plus tard, ce n’est plus la Liberté qui s’inscrit sur les cahiers d’écoliers mais de plus en plus la charia et, nos libertés de conscience, de pensée, d’expression, vont bel et bien finir par disparaître parce qu’elles nous semblent tellement naturelles et évidentes que nous ne pensons même plus devoir les défendre. Mais qui le fera à notre place?


Louis Chagnon, citoyen d’un ancien pays libre, pour LibertyVox
30 septembre 2006

Auteur de: «le début des conquêtes arabo-musulmanes, mythes et réalité». Editions Godefroy de Bouillon

Retour à la Une

© Louis Chagnon pour LibertyVox - Article paru le 09/10/2006Imprimer cet article
URL de cet article = http://www.libertyvox.com/article.php?id=220

12:56 Écrit par la vraie sioniste dans lutte contre le terrorisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/10/2006

9 octobre

Souviens toi… 9 octobre
Par Claude Bensoussan pour Guysen Israël News
Dimanche 8 octobre 2006 à 21:45
Mémoire...

Rubrique quotidienne

Une exclusivité Guysen Israël News

1920

Un pogrome éclate à Vilna. Il dure trois jours. L'armée polonaise, qui occupe la ville après le départ de l'Armée rouge, commence à massacrer les juifs. 80 sont fusillés, d'autres enterrés vivants ou noyés. Presque toutes les victimes habitaient la banlieue de Lipovka.

1939

800 personnes, des juifs pour la plupart, dont des femmes et des enfants, sont fusillées par les SS à Dobrcz (district de Bydgoszcz [Bromberg], Pologne).

1941

Début de la déportation des juifs de Bucovine (R.S.S. d'Ukraine) : les juifs habitant les villes de Radautz, Suczava, Gurahumora, Kimpolung et Dorna Vatra, 40 000 au total, sont successivement déportés vers les camps de concentration de Transnistrie. Beaucoup d'entre eux meurent en route. Ceux qui sont trop faibles pour marcher assez vite sont fusillés sans pitié. Les déportations se prolongent le 10 octobre. Le même jour, tous les juifs de Burduyeni (Roumanie) sont déportés en Transistrie.

1942

En deux jours, les SS et la police ukrainienne assassinent 900 juifs à Mylanov (Volhynie, R.S.S. d'Ukraine).

Ce jour-là et les précédents, les nazis ont arrêté 75 juifs à Rotterdam. Ceux-ci sont envoyés au camp de regroupement de Westerbork et de là déportés vers des camps allemands.

1 703 juifs du camp de regroupement de Westerbork sont déportés au camp d'extermination d'Auschwitz.

Un convoi quitte Vienne (Autriche) avec 1 306 juifs déportés au camp de concentration de Theresienstadt.

14 000 juifs environ sont déportés du ghetto de Radomsko (province de Lodz, Pologne) au camp d'extermination de Treblinka, où ils sont assassinés. Lors de l'ultime Aktion, de nombreux jeunes juifs se réfugient dans les forêts, où ils deviennent des partisans. Le même jour commence la liquidation du ghetto de Przedborz (province de Kielce, Pologne), au cours de laquelle 4 500 juifs sont déportés à Treblinka.

1943

La capitulation de l'Italie, en septembre 1943, et le partage du pays entre un Sud occupé par les forces alliées et un Nord occupé par les troupes de l'Allemagne nazie font des juifs de la partie septentrionale des victimes, à leur tour, de la " solution finale ". Le 9 octobre, les nazis font une rafle de juifs à Trieste. L'unique camp de concentration créé en Italie se trouve près de la ville. Après la rafle, 600 juifs y sont internés. Par la suite, ils seront déportés vers les camps d'extermination de l'Est, notamment à Auschwitz.

1944

Un transport quitte le camp de concentration de Theresienstadt avec 1 600 juifs déportés au camp d'extermination d'Auschwitz.

10:28 Écrit par la vraie sioniste dans lutte contre le terrorisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

la guerre chez les palos

Vers une guerre civile palestinienne?
2006-10-08 23:09:00

Le chef du gouvernement palestinien met en garde contre la guerre civile. Ismaïl Haniyeh a en effet lancé un appel aux différentes factions palestiniennes leur demandant de régler leurs différends par le dialogue et non par la violence.

Samedi, Azzam al-Ahmed, le président du groupe parlementaire du Fatah, avait appelé Mahmoud Abbas à dissoudre le gouvernement Hamas dans les deux prochaines semaines, et avait accusé le Premier ministre Ismaïl Haniyeh d'inciter à la discorde.

Dans le but de trouver une solution aux luttes intestines au sein de l'AP, le Qatar a proposé d'organiser un sommet tripartite à Doha, qui réunirait le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, le chef du gouvernement palestinien Ismaïl Haniyeh et le chef du bureau politique du Hamas, Khaled Mashaal.

D'après l'organe de presse de l'AP, ''Al Ayyam'', la clef de la reprise des négociations pour la formation d'un cabinet palestinien de coalition serait entre les mains de Khaled Mashaal, qui doit approuver les lignes directrices sur lesquelles Mahmoud Abbas et Ismaïl Haniyeh se sont mis d'accord.
Selon l'entourage du président de l'AP, ce dernier ne reprendra les discussions avec le chef du gouvernement Hamas qu'une fois ce feu vert obtenu.

Les violentes tensions entre le Fatah et le Hamas ont fait de nombreuses victimes ces dernières semaines.

source : http://www.guysen.com

09:33 Écrit par la vraie sioniste dans lutte contre le terrorisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/10/2006

fatwas

LA LISTE DES FATWAS 

Une longue liste de fatwas ou de menaces contre des intellectuels
"La Dépêche du Midi"– dont nous recommandons chaudement le dossier qu’elle consacre au cas de R. Redeker -, fait un bref survol de cas similaires à celui du professeur français de philosophie. (Menahem Macina).


Voir le dossier de La Dépêche du Midi, consacré à R. Redeker.


Assassinats, menaces de morts, enfermements, censures, campagnes d'opinion, la liste des intellectuels et ou artistes soumis à la vindicte des islamistes est longue, y compris récemment.

1989. Le roman de Salman Rushdie, ''Les Versets sataniques'', est déclaré blasphématoire par l'ayatollah Khomeyni qui appelle au meurtre de l'auteur, ainsi qu’à celui de tous les éditeurs du roman. La vie de l'écrivain indien connaîtra longtemps la traque. Ses traducteurs, italien et japonais, sont tués.

1993. Un groupe d'islamistes du Bangladesh prononce une fatwa pour blasphème contre Taslima Nasreen, qui défend la condition des femmes. Médecin, écrivain, elle continue son combat.

2003. En Iran, la journaliste irano-canadienne, Zahra Kazemi, emprisonnée, est assassinée en raison de ses activités journalistiques.

2004. Le cinéaste néerlandais, Theo Van Gogh, est assassiné, à Amsterdam, par un islamiste marocain, pour avoir réalisé un film dénonçant la soumission des femmes dans l'islam.

2005. Le 30 septembre 2005, le quotidien conservateur danois, Jyllands-Posten, publie douze caricatures du Prophète Mohammed. S'ensuivent, un peu partout dans le monde, des demandes d'excuses, des menaces de mort, des boycotts, des manifestations et des émeutes.


© La Dépêche du Midi

Mis en ligne le 29 septembre 2006, par M. Macina, sur le site upjf.org

11:05 Écrit par la vraie sioniste dans lutte contre le terrorisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/10/2006

soutien a nos soldats

L'association "Fonds Lumière [Keren Maor] – Et les fils reviennent dans leurs frontières" a été créée dans le but d'aider les familles suivantes à œuvrer pour la libération de leurs fils enlevés sur le territoire israélien :
Ehoud Goldwasser – détenu au Liban
Eldad Regev – détenu au Liban
Gilad Schalit – détenu sur le territoire de l’Autorité palestinienne
Le but de l'association est de mobiliser des fonds destinés à soutenir et à financer les diverses activités menées par ces familles en Israël et dans le monde.
Le fonds est géré par Maître Yaakov Neeman, avocat, qui aide les familles dans leur lutte pour la libération de leurs fils.
Les dons peuvent être envoyés :
par chèque à l’adresse suivante :
Cabinet de Maître Yaakov Neeman,
à l’attention de Moria Katz,
à l'ordre de : Keren maor – veshavou banim legvoulam
Beit Assia, 4 rue Weizman
64239 Tel-Aviv
ou par virement bancaire sur le compte suivant :
U BANK (numéro 26)
Agence Tel-Aviv (101)
Compte 840661
Un reçu sera délivré par le cabinet de Maître Yaakov Neeman aux fins d'exemption fiscale. Le fonds a été approuvé par les autorités fiscales israéliennes en vertu du paragraphe 46.
Merci d'avance
Familles Goldwasser, Regev et Schalit
Famille Goldwasser tél. : (04) 9928474 fax : (04) 9001754 karnitgold@gmail.com
Famille Regev tél. : (04) 8708914 fax : (04) 8734255 eyalreg@zahav.net.il
Famille Schalit tél. : (04) 9974455 fax : (04) 9570995 noam@iscar.co.il

http://www.francophones.org.il/bulletins/212.htm


Guilad ben Aviva
Shalit
Eldad ben Tova
Reguev
Ehoud ben Malka
Goldwasser
100 jours
   83 jours
   83 jours
http://www.habanim.org

18:29 Écrit par la vraie sioniste dans lutte contre le terrorisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

eurabia

Vers une Pravda islamique ?

vendredi 6 octobre 2006.
 

Une dépêche Reuters du 13 septembre 2006 nous apprend que "les investisseurs musulmans devraient entrer dans le capital d'influents médias occidentaux afin d'améliorer l'image de leurs coreligionnaires aux yeux du monde, [selon une proposition de] l'Organisation de la conférence islamique (OCI)".

Des ministres de l'Information et d'autres responsables jugent que les musulmans ont été victimes d'une diabolisation dans les médias après les attentats du 11 septembre 2001 contre les États-Unis, où 19 Arabes ont tué près de 3.000 personnes. "Les investisseurs musulmans doivent investir dans les grands médias internationaux, qui génèrent souvent d'importants bénéfices, afin de pouvoir influer sur leur politique par le biais de leurs conseils d'administration", a déclaré le président de l'OCI, Ekmeleddin Ihsanoglu, ajoutant "cela servirait à corriger l'image de l'islam dans le monde entier". "La violente attaque contre l'islam perpétrée dans les cinq années qui ont suivi les attentats du 11-Septembre nous a contraints à adopter une position défensive en ce qui concerne notre religion", a déclaré le ministre égyptien de l'Information, Anas el Feki.

"Maintenant plus que jamais il nous faut un nouveau message islamique dans les médias, qui atteigne le monde entier", a-t-il conclu, citant le récent conflit entre Israël et le Hezbollah libanais comme un exemple du type d'événements autour desquels les musulmans devraient être en mesure de faire connaître leurs vues. Nous voilà donc prévenus : une nouvelle race de magnats de presse est en train de naître. Et le pluralisme des idées, déjà moribond, risque ainsi de se voir asséner son coup de grâce. Ces "Citizen Kane" new wave ne pénètrent pas le marché comme des hommes d'affaires classiques dont le pragmatisme, jusque-là, avait consisté à parier sur le profit en misant sur la qualité, ce qui rendait heureux tout le monde, lecteurs et investisseurs. Non ! Là, on s'apprête à saborder nos médias écrits et audiovisuels au profit d'une ligne idéologique monolithique tournée exclusivement vers la promotion de l'islam. Car ne nous y trompons pas : en parlant "d'entrer dans le capital d'influents médias occidentaux", le but ultime est bel et bien de devenir majoritaires dans les plus importants d'entre eux. Et ils en ont les moyens, les bougres ! Les moyens de phagocyter un par un tous les titres de presses et tous les networks. Cela ne concernera pas que l'info. Il y a fort à parier que les variétés, les fictions, la culture et même le sport seront priés de bien vouloir, eux aussi, se tourner vers la Mecque. Tels des tournesols idiots, tout ce petit monde finira bien par se dessécher sous le soleil d'Allah et les consommateurs de ces médias s'emmerderont tellement que la faillite financière aura tôt fait d'avoir raison de la vision simpliste et mégalomaniaque de ces investisseurs imprudents. Ils apprendront à leurs dépens qu'on ne remet pas impunément en cause des siècles de lutte pour la liberté d'expression. Rien ne peut être imposé aux peuples, ni les dictatures, historiquement toujours éphémères, ni La Pravda, fût-elle islamique et promettant un au-delà parfumé. En attendant l'écroulement spontané de ces "guignols de l'info", le public pourra toujours boire de l'eau claire sur Internet, sur des petits sites de réinformation qui ont fait de la liberté de penser leur credo et de l'indépendance financière la garantie de ne jamais se fourvoyer. Et s'il n'en reste qu'un, nous serons celui-là !

 



MERCI A LA LDJ NOS AMIS ET FRERES

12:17 Écrit par la vraie sioniste dans lutte contre le terrorisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

les palestiriens ne veulent pas d'israel

Samedi 07 Octobre 2006

PROCHE-ORIENT

Haniyeh refuse toujours
de reconnaître Israël


NOUVELOBS.COM | 06.10.06 | 19:08

S'adressant à une foule venue le soutenir, le Premier ministre palestinien s'est toutefois dit prêt à une "trêve" en échange d'un Etat indépendant.

 Ismaïl Haniyeh (AP)
Ismaïl Haniyeh (AP)
 
L e Premier ministre palestinien Ismaïl Haniyeh, issu du Hamas, a affirmé une nouvelle foi vendredi 6 octobre que son mouvement ne reconnaîtrait pas Israël, tout en se disant prêt à accepter une "trêve" avec l'Etat juif en échange d'un Etat palestinien indépendant sur les territoires occupés depuis 1967.
Auparavant, Ismaïl Haniyeh avait été victime d'un bref malaise alors qu'il prononçait un discours lors d'un rassemblement en plein air à Gaza.
Le chef du gouvernement du Hamas a bredouillé quelques mots, puis s'est interrompu au milieu d'une phrase et s'est effondré sur des collaborateurs qui se trouvaient à côté de lui.
Haniyeh, 46 ans, qui jeûne en journée en raison du Ramadan, a été placé sur une chaise pendant que des conseillers s'occupaient de lui.
Après quelques minutes, le Premier ministre a pu reprendre son discours, prononcé par une chaude journée d'automne. "Nos corps peuvent être fatigués, mais notre âme ne le sera pas, et cela n'entamera pas notre détermination", a-t-il dit après ce léger malaise.

"Milice noire"

La dispute entre le Hamas et le Fatah du président Mahmoud Abbas pour le contrôle des Territoires menace de virer à la guerre civile avec la multiplication des affrontements armés en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza entre partisans du mouvement islamiste et du parti modéré du chef de l'Autorité palestinienne.
Dans la poudrière de Gaza, où l'ordre cède un plus chaque jour du terrain au chaos, le Hamas renforce peu à peu ses positions. La milice du mouvement islamiste, qui assure vouloir devenir la "force exécutive" du gouvernement mis en place en mars par le Hamas, est présentée par ses adversaires comme des mercenaires d'une "milice noire" du mouvement intégriste palestinien, hostile à toute tractation avec Israël.
Cette milice a prospéré contre la volonté du président modéré Mahmoud Abbas.
L'armée officieuse du Hamas est passée en cinq mois de 3.000 à 5.600 hommes, un essor auquel Abbas a tenté de répondre en étoffant de 2.500 à 4.000 hommes sa propre garde présidentielle.

12 morts

La polarisation croissante des forces en présence dans le chaudron de Gaza a débouché le week-end dernier sur des affrontements sanglants qui ont fait 12 morts.
"Notre problème, c'est que nous avons une Autorité bicéphale. Tant que les deux camps ne s'entendront pas, ce qui est arrivé dimanche ne cessera de se répéter", se lamente Samir Ali, un chauffeur de taxi père de quatre enfants.
Les Etats-Unis, qui mènent la campagne de boycottage du gouvernement du Hamas, ont prévu de débloquer 20 millions de dollars pour doter Abbas d'un total de 6.000 gardes.
Le successeur de Yasser Arafat, dont le Fatah a été largement battu aux élections législatives de janvier, n'exclut plus de dissoudre le gouvernement du Hamas pour sortir de l'impasse.
Une telle hypothèse est toutefois grosse de risques, les experts militaires estimant que la puissance de feu des islamistes du Hamas est d'ores et déjà supérieure à celle des nationalistes fidèles à Abbas.
Des responsables militaires du Fatah, mouvement qui avait la haute main sur les forces de sécurité palestiniennes jusqu'à la victoire électorale du Hamas, ont été récemment assassinés.
D'autres se sont mis à l'abri en Cisjordanie ou en Egypte.
Pour Zakaria al Kak, analyste à l'université d'Al Qods, la présidence de l'Autorité autonome est "affaiblie" et "personne n'est plus en mesure de maîtriser la situation".

Trafic d'armes

Selon des responsables israéliens et palestiniens, le Hamas finance son armée privée grâce à un trafic d'armes et de devises transitant par la frontière entre Gaza et l'Egypte.
Ce flux contourne le blocus occidental qui a empêché le gouvernement du Hamas de payer l'intégralité des salaires des milliers de fonctionnaires de l'Autorité palestinienne depuis neuf mois.
Pour recruter ce qu'il présente comme une simple force de maintien de l'ordre, le Hamas a d'abord puisé dans les rangs de sa branche armée, les Brigades Ezzedine Kassam.
Responsable d'une soixantaine d'attentats suicide anti-israéliens entre septembre 2000 et août 2004, le groupe Kassam observe depuis une trêve de facto.
D'autres activistes armés en rupture de ban avec le Fatah, jugé trop modéré, l'ont rejoint. Sept cents hommes des Comités de résistance populaire, "spécialisés" dans les tirs de roquettes sur le sol israélien, se sont ainsi intégrés à la "milice noire".
En dépit de ce surnom, les miliciens de la force patrouillent dans la bande de Gaza en uniformes bleus de la police. Ils ont souvent à bord de véhicules civils et armés de lance-roquettes de fabrication locale.
De source proche du Hamas, on reconnaît que certains d'entre eux jouent les policiers le jour et les lanceurs de roquettes contre Israël la nuit.
Cette armée parallèle est officiellement placée sous les ordres du ministre de l'Intérieur Saïd Seyam, mais sa véritable chaîne commandement reste obscure.
(avec Reuters et AP)

source :  site du nouvel obs

10:00 Écrit par la vraie sioniste dans lutte contre le terrorisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/10/2006

notre liberte cherie

    Guysen >> Editorial
Notre liberté chérie
Editorial de la semaine du 07/10/2006

Par Véronique Chemla et Guy Senbel pour Guysen Israël News
Vendredi 6 octobre 2006 à 01:47
Cette semaine, deux valeurs essentielles - la liberté et la vérité - sont au centre de notre éditorial.
Robert Redeker, un professeur français de philosophie, a fait l’objet d’une fatwa, d’une menace de mort émise par des groupements et sites djihadistes.

Son «crime» ? Avoir écrit la tribune «Face aux intimidations islamistes, que doit faire le monde libre ?» - http://www.guysen.com/topnews.php?tnid=1125 -publiée le 19 septembre par le quotidien Le Figaro. Cet intellectuel y citait les écrits d’un célèbre islamologue Maxime Rodinson dans l’Encyclopedia Universalis. Il y analysait aussi les liens entre les trois religions monothéistes - judaïsme, christianisme et islam - et la violence.

Depuis plus d’une semaine, Robert Redeker et sa famille se terrent, protégés par la police, mais devant chercher plusieurs fois par semaine un endroit sûr où dormir.

Une solidarité à réaffirmer
Pourquoi une agence de presse israélienne consacre-t-elle un éditorial à ces faits graves survenus dans l'hexagone ?

Pour une raison simple, fondamentale et universelle : la défense de nos libertés, en particulier celles de pensée et de s’exprimer, et de nos valeurs – au premier rang desquelles la vie - menacées par les islamistes.

Voici une nouvelle intimidation des islamistes qui veulent soumettre l’Occident et faire réagir l’oumma (Ndlr : communauté des musulmans) comme si ceux-ci constituaient un ensemble monolithique face à cet Occident.

De la fatwa de l’ayatollah Khomeiny condamnant à mort en 1989 Salman Rushdie, auteur des «Versets sataniques», aux émeutes d’une rue arabe réagissant violemment, notamment au sein de l’Autorité palestinienne, au discours du pape Benoît XVI à Ratisbonne, l’Occident a-t-il tiré les leçons de ces attaques répétées ?

En 1989, Isabelle Adjani, récipiendaire du César de la meilleure actrice, lut devant un public de politiciens, d’artistes et de techniciens du cinéma médusés, un extrait des «Versets sataniques».
Un acte de courage et de solidarité riche en symboles car il émanait de la fille de Mohammed, un Algérien musulman ayant combattu les Nazis au sein des troupes alliées, et d’Augusta, une Allemande chrétienne.

Plus de 17 ans ont passé. Force est de constater l’appui hélas très réduit dont bénéficie Robert Redeker devenu un «sans-domicile fixe» dans «le pays des droits de l’homme». Certes, on pétitionne pour que Robert Redeker bénéficie d'une protection similaire à celle assurée par les Britanniques à Salman Rushdie persécuté.

Certes, des ministres ont manifesté leur solidarité, mais en invitant à la prudence. Quelques uns ont mis sur leurs blog ou site internet le texte de cette tribune.
De rares voix musulmanes se sont indignées de cette fatwa.
Quelle honte d’entendre des dirigeants d’associations mettre en parallèle les réflexions de Robert Redeker et la violence mortelle qui lui est opposée ! Rien ne justifie la fatwa.
Mais pourquoi ce silence des «belles âmes» - artistes, politiciens, etc. – qui défilaient encore récemment à Paris ?

Combien de médias ont publié la tribune de Robert Redeker ou de larges extraits ? Etonnants médias français qui n’accordent pas à ce compatriote intellectuel la même attention pluri-quotidienne que celle réservée aux journalistes français et à leur traducteur irakien enlevés en Iraq par des islamistes.

Paradoxaux journalistes français qui, d’émissions informatives en rubriques culinaires, annoncent le Ramadan, mais ni Kippour ni le Carême, des fêtes juive et chrétienne caractérisées par le jeûne.
Et ce, au risque d’ostraciser leurs concitoyens fidèles de ces religions occultées, dénigrées par les islamistes, mais qui ont tant contribué à l’histoire nationale et à inspirer des valeurs universelles.

Curieux médias qui ne rivalisent pas pour programmer des émissions spéciales sur les thèmes cruciaux abordés par cette tribune de Robert Redeker en invitant historiens, représentants des cultes et politiciens.
Une belle occasion manquée dans le pays qui a jadis érigé la conversation en art et prône le dialogue des religions et des cultures.

Oui, ce dialogue est nécessaire, mais ce doit être "un dialogue en vérité", c'est-à-dire sans éviter les thèmes les plus sensibles, notamment la vision du monde par l’islam, le statut des non-musulmans, la dhimmitude.

La vérité
C’est aussi le rapport avec la vérité qui distingue Israéliens et Américains des Palestiniens. ’’Le 5 octobre, Mahmoud Abbas, président de l’Autorité palestinienne, a trompé la secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice en alléguant que le Hamas doit reconnaître l’Etat d’Israël sinon il devra démissionner’’, estime l’Observatoire des médias palestiniens (PMW).

PMW poursuit : ’’Mme Rice a assuré à Mahmoud Abbas que les Etats-Unis le soutiendraient ainsi que le Fatah dans leur affrontement avec le Hamas. Or, le 4 octobre, Mahmoud Abbas déclarait à la télévision palestinienne que ni le Hamas, ni le Fatah ni le Front populaire n’ont à reconnaître l’Etat d’Israël. Il expliquait que les dirigeants gouvernementaux devaient reconnaître leurs homologues afin de résoudre les problèmes des gens et afin d’obtenir des gains, sans que cette reconnaissance fonctionnelle implique la reconnaissance de l’Etat d’Israël’’.

Le combat contre les islamistes nécessite une réaction unanime de la société lucide et informée, unie et solidaire, sûre de ses valeurs et ferme dans leur défense.
Sinon, ce sont des pans entiers de notre histoire, de notre culture, de notre identité qui seront bannis, et notre avenir même qui sera gravement hypothéqué au nom d’interdits qui ne sont pas les notres. A Valence (Espagne), ce sont les fêtes traditionnelles «Maures et chrétiens» qui n’ont pas lieu «par crainte de réactions islamistes».

A Berlin, la direction de l’Opéra avait décidé de déprogrammer «Idoménée» de Mozart (1781) dans la mise en scène de Hans Neuenfels, par «crainte pour la sécurité du public et de ses collaborateurs». Devant l’indignation d'artistes et de politiciens, elle reconsidèrerait sa décision si des mesures très rigoureuses de sécurité étaient prises.

Malheureusement, cette liste n’est pas limitative…
Ce sont les libertés qui ont permis l’essor des sociétés occidentales.
Ce sont l’absence de libertés, l’ignorance et le statut inférieur des femmes, qui ont contribué au retard du monde arabe ou/et musulman selon un rapport du PNUD (Programme des Nations unies pour le développement) en 2002. Pour ce monde, comme pour le notre, la liberté, cette liberté chérie, réclamée par tant de musulmans, doit être préservée.

Le prix de la liberté
La déprogrammation de «Idoménée» «est plus que risible. C'est dangereux. La mise en scène n'appelle pas à la violence : elle ne dit pas "Allez dans la rue et tuez des musulmans" ", a confié le réalisateur américain Milos Forman, le 29 septembre, à Berlin.
L'auteur de "Amadeus" a poursuivi : "Si nous commençons à avoir peur des extrémismes, nous porterons tous à la fin des costumes de Mao Tsé-Tung. Voulons-nous 100 % de sécurité ? Si oui, il y a un pays où les gens sont totalement protégés contre les étrangers : c'est la Corée du Nord"....
"Nous voulons la liberté, mais nous ne voulons pas en payer le prix», a regretté le réalisateur de "Au feu les pompiers".
Un artiste dont la famille a résisté aux Nazis et qui s’est efforcé de contourner les censures de la Tchécoslovaquie communiste où il a débuté sa carrière.

A la communauté internationale, aux sociétés civiles, de démentir cette opinion…

En cette veille de Souccot, au nom de tous ceux qui font Guysen, nous vous souhaitons de passer une bonne fête dans la joie et la paix.

 SOURCE :http://www.guysen.com

09:17 Écrit par la vraie sioniste dans lutte contre le terrorisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/09/2006

photos reality

SOURCE : http://www.fjn.ca.cx

12:32 Écrit par la vraie sioniste dans lutte contre le terrorisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/09/2006

islam et integrisme

Sur l'Islam en général...


Dans la série, ou Dieu n'existe pas et l'intégrisme religieux est une escoquerie, ou Dieu existe et l'intégrisme religieux est un blasphème...

 

Retour Intégrismes
Retour à l'accueil général

 

 

Avertissement : ce qui suit résume les points à charge contre une religion, pas contre ses fidèles. Si c'est une mauvaise religion, celles et ceux de ses fidèles, la majorité, qui sont malgré tout de braves gens ont d'autant plus de mérite. Non à l'obscurantisme, mais non à l'islamophobie.

Et il n'est pas question de prétendre que c'est le "vrai Islam". C'est seulement un condensé de ce qu'il y a de pire en lui. Mais pas question non plus d'admettre que le "vrai Islam" c'est forcément ce qu'il y a de meilleur dans l'Islam.

  • L'Islam consiste à associer à Dieu un texte qui dit qu'on ne doit rien associer à Dieu.
  • Ce texte, le Coran, quand on le lit dans la continuité et pas seulement des extraits choisis, montre moins d'amour que de haine virulente, moins d'appels à la raison que de matraquages de la raison par des répétitions abrutissantes et le chantage permanent au paradis et à l'enfer.
  • Ce texte se contredit souvent et on explique alors que le passage le plus ancien est abrogé par le plus récent (mais l'ordre de présentation n'est pas chronologique).
  • Ce texte est présenté comme un modèle de perfection littéraire alors que par exemple les récits en sont très maladroitement construits, très pénibles à lire.
  • Ce texte est tributaire de la science de son temps (par exemple, sept cieux solides et transparents), mais on veut nous faire croire à partir d'exemples biaisés qu'il anticipait sur la Science actuelle.
  • L'homme qui a transmis ce texte, et qu'on nous présente comme un suprême modèle d'humanité, s'est rendu coupable de fourberie, massacre, torture, d'après le souvenir collectif de ses fidèles.
  • Cet homme a montré à la fin de sa vie des signes frappants de paranoïa, et ce texte lui-même suggère aussi fortement qu'il a été rédigé par une personne atteinte de ce mal.
  • L'Islam est aujourd'hui la seule religion qui prétende interdire à ses fidèles de la quitter, de la critiquer ou de l'adapter, ce à l'échelle de pays entiers, souvent sous peine de mort.
  • Dans la partie du monde dominée par l'Islam, le principal débouché pour les enfants les plus doués intellectuellement consiste à mémoriser par coeur, coups à l'appui s'ils se trompent dans la récitation, ce texte qu'ils ne comprennent pas. Quel genre d'élite peut-il en sortir ?
  •  

    La partie du monde dominé par l'Islam montre donc significativement plus de pauvretés, injustices, analphabétisme, etc. et plus de situations globales d'échec sur tous les plans, que le reste du monde. Mais on inculque aux fidèles que c'est forcément la faute des infidèles.
Texte repris du site resilience

11:35 Écrit par la vraie sioniste dans lutte contre le terrorisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/09/2006

bravo a tsahal

PAR ICI LA MONNAIE !

mercredi 20 septembre 2006.
 

La LDJ souhaite que ces fonds soient utilisés à la reconstructoon des villes du Nord d'Israel. Au moins huit bureaux de change et un petit établissement bancaire ont été détruits lors de ces raids à Naplouse, Djénine, Tulkarem et Ramallah. Les soldats ont arrêté deux hommes qui détenaient des pistolets et des fusils de chasse chez eux. Tsahal affirme que les bureaux de change sont impliqués dans le transfert de fonds aux groupes extrémistes Les assassins du hamas et du Fatah les utilisent pour la fabrication de roquettes, de ceintures d'explosifs et de voitures piégées, ou d'autres activités, précise l'armée israélienne.

 

Au total, cinq millions de shekels (1,2 million de dollars, un million d'euros) et 170.000 dinars jordaniens (240.000 dollars, 200.000 euros) ont été saisis, selon l'armée. Mohammed Assar, un cambiste de Djénine, a précisé que les soldats avaient saisi 250.000 dollars (200.000 euros) dans son bureau de change. "Ils m'ont forcé à ouvrir la porte et ont pris tout ce que j'avais : argent, chèques, dollars, shekels. Ils ne m'ont rien laissé d'autre que les gravats", a-t-il déploré.

Ibrahim Mouheissin, directeur de la branche de la Banque nationale jordanienne à Naplouse, a précisé que l'armée l'avait appelé après la démolition du bâtiment pour le prévenir qu'il avait été visé par erreur. Un des cambistes arrêtés avait affirmé que l'adresse de l'établissement était la sienne, a-t-il dit.

http://www.liguededefensejuive.com

18:54 Écrit par la vraie sioniste dans lutte contre le terrorisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

israel et le barbarisme

Israël face à la barbarie, par Arno Klarsfeld

Israël face à la barbarie, par Arno Klarsfeld


Chaque jour un nouveau pogrom en Israël, chaque jour des Israéliens tués parce qu'ils sont juifs sur une terre qui, selon leurs assassins, devrait être musulmane, tout comme les juifs étaient massacrés en Europe parce qu'ils étaient juifs sur un continent que leurs assassins voulaient chrétien. Ceux qui commanditent ces crimes ne sont pas des fanatiques. Ils ont une vision très claire du monde qu'ils souhaitent. Un Moyen-Orient débarrassé des juifs. Israël peut sembler puissant aujourd'hui, mais pour combien de temps ? Pour ces commanditaires de crimes contre l'humanité qui exterminent des adolescents dans une discothèque, des religieux, des familles déjeunant dans une pizzeria ou des étudiants dans une université, le temps joue en leur faveur. Le temps joue en leur faveur, car ils n'ont aucun souci du bonheur individuel de leur peuple ou, s'ils s'en soucient, ils estiment que ce bonheur doit se soumettre à l'idéologie du panarabisme ou du panislamisme.

C'est une guerre à laquelle Israël doit faire face. Une nouvelle forme de guerre barbare qui tue ses citoyens, paralyse son économie et sème la barbarie, la tristesse et la peur. Israël est un vaste ghetto au sein duquel, pour la première fois depuis deux mille ans, les juifs ont le pouvoir de se défendre. Comment répondre à la barbarie ? Comment se défendre efficacement sans devenir barbare à son tour ? Il semble que seul le peuple juif se pose la question et que la question ne soit adressée qu'au seul peuple juif.

Durant la première guerre mondiale, l'Allemagne a utilisé le gaz moutarde contre les tranchées françaises, il n'a pas fallu attendre longtemps pour que la France fasse de même. Durant la seconde guerre mondiale, les Allemands ont bombardé les villes anglaises. Dès que les Anglais en ont eu les moyens, c'est-à-dire la maîtrise du ciel, ils ont bombardé les villes allemandes tout comme les Américains, qui ont aussi tué dans les bombardements contre des usines d'armement en France des centaines, sinon des milliers, de Français innocents. Durant cette période, les Français craignaient bien plus les avions alliés que les SS ou la Gestapo.

La France dispose d'une force de dissuasion nucléaire, c'est-à-dire qu'elle estime que, si un Etat utilise l'arme nucléaire contre la France ou peut-être menace son territoire, comme cela pouvait être le cas avec l'URSS, elle se dit ou se disait prête à répondre à la barbarie par la barbarie. Javier Solana, qui a condamné l'élimination du leader militaire du Hamas, était secrétaire général de l'OTAN durant les bombardements dans l'ex-Yougoslavie qui ont tué des centaines d'innocents. A l'époque, pourtant, il approuvait ces bombardements massifs.

Israël est un des rares pays qui ne répondent pas à la barbarie par la barbarie, sinon le seul. Qui est là pour le reconnaître ? Personne. Mais une grande partie des pays, et en particulier ceux qui ont toujours répondu à la barbarie par la barbarie, sont présents pour dénoncer des mesures d'autodéfense qu'on devrait porter au crédit du peuple israélien. Certains diront : "Quelle différence entre le bombardement de Gaza et les attentats des kamikazes ?" Au niveau du résultat, aucune. Des enfants meurent des deux côtés. Mais quelle est cette logique stupide qui fait disparaître l'intention de l'acte ? Est-ce la même chose de vouloir exterminer le plus de juifs possible et de vouloir faire disparaître celui qui organise ces crimes contre l'humanité commis presque chaque jour en Israël ?

Mais les faiseurs d'opinion européens sont imperméables à la logique dans le cas d'Israël tant ils ont été habitués à considérer les juifs comme des victimes passives. Ils sont là pour les commémorer ou pour considérer, à l'instar d'un bel esprit comme Maurice Druon, que durant la seconde guerre mondiale "ils se sont laissé mener à l'abattoir comme des moutons". Pourtant, c'est à l'Europe de s'engager pour que la paix arrive enfin au Moyen-Orient. Ce chemin de la paix passe par l'élimination politique de Yasser Arafat et une nouvelle Autorité palestinienne qui se décide à éradiquer définitivement le terrorisme de son territoire, et cela quitte à déclencher une guerre civile. Si cela n'est pas fait, Israël sera contraint d'occuper à nouveau la totalité des territoires et d'effectuer ce travail indispensable que l'Autorité palestinienne se refuse à faire. Cela renverrait sine die tout espoir de paix.

© Le Monde 2002

source :http://www.lepetitsioniste.com

 

12:57 Écrit par la vraie sioniste dans lutte contre le terrorisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

on doit savoir

Il faut que les vérités soient révélées et dites !
Par Albert Bellaïche pour Guysen Israël News
Mardi 19 septembre 2006 à 20:59
C’est ça la démocratie, c’est ça la liberté de pensée, c’est aussi ça la liberté d’expression !
Sauf déclarations diffamatoires, propos racistes, proclamations haineuses, sectaires ou ciblées, ils ont le droit, nous avons la responsabilité, vous avez le devoir de révéler et de dire la vérité, toute la vérité et rien que la vérité !

La vérité de l’histoire éternelle et celle du moment, sans haine, sans agressivité et sans sectarisme…
Avec rigueur, la vérité doit être révélée et dite afin que l’homme sache, que l’humanité évolue et que les peuples progressent…
Nous devons tous sans malveillance et avec tolérance apprendre à accepter le discours de son frère ou de son prochain, fut-il critique ou soupçonneux, à condition qu’il fasse « avancer le Schmilblick… »
L’affaire des caricatures et celle relative au dernier discours du Pape ont déclenché la foudre, ont excité les foules et affolé le monde en terres musulmanes …
Sans doute que ces peuples s’étant cru offensés, ont réagi en humains humiliés, mais pas en démocrates. Ils se sont insurgés parce qu’ils se sont cru offensés, insultés ou outragés et leur réactions ont été mal ressenties par les démocrates parce que vives et exagérées.
Il leur fallait sauver leur honneur et leur amour propre et ils l’ont fait, mais avec haine et violence.

C’est aussi ça l’Orient !

Toutefois il ne faut pas non plus que ceux de ce camp-là qui savent ce que signifient les mots démocratie et liberté, fassent la sourde oreille et restent muets devant des évènements de ce genre. Leur devoir est d’expliquer et d’expliciter pour éviter des réactions vives et démesurées qui conduisent l’homme de la rue à des actes répréhensibles et condamnables tels que, insulter en bloc les chrétiens voire les agresser, casser des Eglises ou brûler des effigies du pape.

Certes, les déclarations du Président français Jacques Chirac préconisant « D’éviter tout amalgame entre Islam et Islamisme et tout ce qui anime les tensions entre les peuples et les religions… » vont dans le sens et sont faites pour ne pas que l’on se retrouve périodiquement dans des situations analogues, sans effet véritablement positif, faut-il le priser ?
Sauf que dès lors toute parole, tout discours ou déclaration où il serait question du Prophète, de l’Islam et des Musulmans. devront subir l’auto-censure de la liberté, précisément celle qui est d’ôter le liberté de dire et de penser…

Voilà ce que l’Occident et ses préceptes inaliénables de la démocratie ne pourra tolérer ni admette dans sa pratique de la pensée et du dire…
Cependant la porte reste ouverte aux musulmans pour concevoir la démocratie et les libertés fondamentales et aux occidentaux celle qui les inciterait à ménager les susceptibilités musulmanes… De l’Occident à l’Orient, la marge est étroite qui sépare la liberté de la susceptibilité, la compréhension réciproque de la riposte haineuse…

http://www.guysen.com

 

10:10 Écrit par la vraie sioniste dans lutte contre le terrorisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/09/2006

khadafi se lache

De notre correspondant au Maghreb :

 

21:10 Écrit par la vraie sioniste dans lutte contre le terrorisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

l'arme james bondesque

10:11 Écrit par la vraie sioniste dans lutte contre le terrorisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/09/2006

rap pour mon peuple

http://wat.tv/amos-du-moss/audio/10296

Mon peuple 6000 mille ans que ça dure, 6000 ans que c’est durs6 millions de mes frères, sans aucune sépulture.
Tous des fils d’Abraham Ils n’ont rêvés que d’Ur.
Rien n’y fait ni le temps, ni les hommes, ni le mur.
Première excuse Jésus, fils du Dieu des chrétiens
Jugé, crucifié, par le grand Sanhedrin.
Premier mensonge romain, c’est le juif l’assassinIls ont à jamais scellé, notre destin.
Richard cœur de lion, croisé de l’inquisition
Renie ta religion, ou bien, c’est la questionTu ne seras ni médecin, ni propriétaire terrien,Tu seras commerçant, C’est leurs dix commandements Nous avons voyagés dans des wagons plombésLes plus âgés mourraient, ils étaient libérésLes nourrissons pleuraient, dans des bras égarésPour nettoyer le monde, ils nous ont tous gazés A quoi sert ta mémoire si t’as pas d’avenirA quoi sert l’affrontement si tu veux en finirA quoi servent tes efforts si tu veux tout détruireMême si nous avons tort, arrêtons de subir A quoi servent tous nos morts, il faut croire en l’avenir .
L’île du diable pour Dreyfus, c’est moi qui accuse,
Pétain le con voyeur, c’est le juif qu’on accuse.
Lois d’exceptions, collaboration, De gaulle t’excuse
6 millions, j’ai la rage, quel carnage, plus d’excuses.
Nuit de cristal, solution finale, le total et plus rien.

Ghetto à Varsovie, gais tristes, quai des artistes /dans les trains, Entassés, asphyxiés, mieux valait être un chien.
Eichmann, le malsain, ceint les âmes, femmes et saints.

Camps libérés, cauchemar terminé, Prophète Ezéchiel.
Faurisson négation, le cauchemar continu, Théodore Herzl.
Nous a montré la voie, ne jamais partir sans dire je t’aime
.
Ces mots, ont martelés nos âmes, et libérés nos chaînes.
Dix mille, hommes femmes enfants, par jour étaient gazés.
L’enfer est de retour sur terre, la bête a terrassé
.
Les hommes, nous entendions leurs cris glacés
.
Mort ne leur suffisait pas, ils nous voulaient brûlés
.
A quoi sert ta mémoire si t’as pas d’avenir.
A quoi sert l’affrontement si tu veux en finir
.
A quoi servent tes efforts si tu veux tout détruire
.
A quoi sert d’avoir tort, arrêtons d’nous salir

A quoi servent tous nos morts, il faut croire en l’avenir
.
Nos épées en charrues, Vos lances en faucilles.
Ne renonçons jamais à nos rêves, notre idylle.
Essayons de former qu’une seule et grande famille.
Le chemin est encore long, a nous de le raccourcir.
On nous accuse du mal, des maux, de tous les temps.
Mon peuple ma chair, mon sang semé aux quatre vents
.
Arrête tes attentats, ne tarde pas à jeûner, Taric Ramadan
Gaza, Djénine, ta Palestine, est née au bon moment .
C’est la paix que je veux, et non pas la terre.Les colonies j’te les rends, y’en a marre de la guerre.
Mon pays est assez grand, va et reconstruit ta terre
.Si je t’oublie Jérusalem, devient mon sanctuaire. 1948, nous avons notre état.
Les rescapés des listes, étaient prêts au combat
.
Ecoute bien mon histoire, car comme a Massada
.
Je donnerai ma vie, pour que «plus jamais ça »
.
A quoi sert ta mémoire si t’as pas d’avenir.
A quoi sert l’affrontement si tu veux en finir.
A quoi servent tes efforts si tu veux tout détruire.
A quoi sert d’avoir tort, arrêtons d’nous salir
.
A quoi servent tous nos morts, il faut croire en l’avenir
.
C’est l’histoire de mon peuple, de ma race, de ma face 60 ans, que tous nos morts ont obscurcis l’espace.
Que leurs âmes soient bénies, et qu’ils reposent en paix.
Nous ne cesseront de penser à vous à tout jamais.
A quoi sert ta mémoire si t’as pas d’avenir.
A quoi sert l’affrontement si tu veux en finir
.
A quoi servent tes efforts si tu veux tout détruire
.
A quoi sert d’avoir tort, arrêtons d’nous salir
.
A quoi servent tous nos morts, il faut croire en l’avenir

http://www.alliance.fr

17:05 Écrit par la vraie sioniste dans lutte contre le terrorisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

ils tuent meme leurs amis.....

Vendredi 15 Septembre 2006

UN PRO-PALESTINIEN ASSASSINE !

jeudi 14 septembre 2006.
 

Frammartino était le directeur de la section de la jeunesse de Monterotondo du Parti de la Refondation Communiste en Italie (PRC) Fidele a ses convictions , il etait parti en Aout 2006 en Israel comme volontaire pour filer un coup de main aux pooovres palestiniens avec une ONG italienne.

Mais le 10 Aout , il fut poignarde par Ashraf Hanaisha, un terroriste palestinien du jihad islamique a l'entree de la vieille ville de Jerusalem. Deux coups dans le dos, un coup dans le cou. Le terro planifiait de tuer un juif israelien , mais il s'est trompe meprenant Angelo pour un juif.

 

La maman du tueur a implore le pardon de la famille pour cette tragique erreur de cible, et le pere de la victime a accepte de pardonner. Ce pardon est révoltant.

Les ONG palestiniennes à Jérusalem ont condamné, le meurtre impitoyable d'un volontaire italien dans la rue Sultan Suleiman à Jérusalem

L'arme du crime  - 2 ko

 

Si la victime avait été juive , la famille d'Angelo ou les ONG palestiniennes auraient-elles protesté ?

Sûrement pas !

 



merci a la LDJ

11:17 Écrit par la vraie sioniste dans lutte contre le terrorisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

l'islam ne veut pas la paix

L'Islam ne fera jamais la paix avec Israël
Yael Ancri
jeudi 14 septembre 2006 - 20:59



Moshe_Sharon.jpgUn congrès sur le terrorisme et les méthodes de lutte contre ce fléau a eu lieu mercredi et jeudi à Herzeliya. Dans le cadre des conférences tenues au cours du congrès annuel, le général Ziv a parlé mercredi d'un regain des attentats suicide à l'avenir. (Cliquez ici pour en savoir plus.)

Moshé Sharon, professeur en histoire de l'Islam à l'université hébraïque, a pour sa part déclaré jeudi qu'il "n'y aurait jamais, ô grand jamais, la moindre chance de paix entre Israël et les Palestiniens."

Sharon, s'exprimant à l'institut d'anti-terrorisme de Herzeliya, a indiqué que l'Iran était absolument sérieux au sujet de l'obtention et de l'utilisation de l'arme atomique, pour promouvoir sa vision d'une fin des temps islamique.    

Cet expert de l'Islam a indiqué que les responsables de l'occident ne comprenaient pas que le monde arabe et musulman considérait véritablement la création de l'Etat d'Israël comme un "revers de l'Histoire". D'un point de vue musulman, "un territoire islamique a été dérobé à l'Islam par les Juifs. Il est maintenant notoire qu'une telle chose est inacceptable à leurs yeux, pas même sur un seul mètre. Aussi, quiconque s'imagine que Tel Aviv est à l'abri fait une grave erreur. Un territoire, autrefois régi par la loi islamique, est maintenant devenu non musulman. Les non musulmans ne dépendent pas de la règle islamique et les Juifs ont créé leur propre Etat indépendant. Il s'agit d'un anathème. Pire, Israël, un Etat de non Musulmans, règne sur des Musulmans. Or, une telle chose est impensable pour l'Islam."  

Sharon a écarté les divers traités de paix signés par les responsables du monde arabe et musulman, les qualifiant de "morceaux de papier dépourvus de sens et faisant partie d'une simple tactique, ils sont purement stratégiques…"

http://www.a7.fr

09:51 Écrit par la vraie sioniste dans lutte contre le terrorisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/09/2006

al kaida multinationale du terrorisme

 

Dossier interactif sur cette organisation terroriste, son financement, son chef et son réseau planétaire.
http://radiocanada.ca/nouvelles/regardinteractif/terroris...

15:53 Écrit par la vraie sioniste dans lutte contre le terrorisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/09/2006

12 septembre

 
    Guysen >> Culture
 
Souviens toi… 12 septembre
Par Claude Bensoussan pour Guysen Israël News
Lundi 11 septembre 2006 à 20:41
 
Mémoire...

Rubrique quotidienne

Une exclusivité Guysen Israël News

1939

La Wehrmacht tue 32 juifs à Kozmice (district de Cracovie).

La Wehrmacht tue 6 juifs dans le village de Stara Wies (district de Limanowa, Pologne).

Les nazis assassinent 5 juifs à Mordarka (district de Limanowa, Pologne).

Les Allemands occupent Grojec (Pologne centrale). Tous les hommes juifs entre quinze et cinquante-cinq ans sont rassemblés sur la place du Marché et conduits à pied jusqu'à Rava Mazoviecka, à 60 kilomètres de là. Ceux qui ne peuvent marcher sont fusillés sur le bord de la route. Lors de l'occupation allemande, la ville comptait 5 200 juifs environ, dont les ancêtres vivaient à Grojec depuis le XVIIIe siècle.

Les SS assassinent 1 200 juifs de Vysoko (Polésie, R.S.S. de Biélorussie) près de la ville.

Le premier jour du Nouvel An juif, 5 000 juifs du ghetto de Stanislavov (Ivano-Frankovsk, R.S.S. d'Ukraine) sont rassemblés et déportés au camp d'extermination de Belzec. De nombreux juifs sont fusillés sur place.

Le neuvième convoi de 1 000 juifs, dont 228 enfants, quitte le camp de regroupement de Malines (Belgique) pour le camp d'extermination d'Auschwitz. Il y aura seulement 29 survivants parmi les déportés lors de la libération du camp en 1945.

18:22 Écrit par la vraie sioniste dans lutte contre le terrorisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

le monde veut-il la paix

 
 
LE MONDE VEUT-IL LA PAIX ?
Par Sydney Touati pour Guysen Israël News
Lundi 11 septembre 2006 à 22:59
 
Le déclenchement d’un conflit armé représente toujours un moment paroxystique et provoque une tension extrême de toutes les forces des protagonistes. Lorsque l’on décide de mettre en jeu la vie et la mort des soldats mais également celles de toute une population, c’est que la situation est devenue intolérable et insupportable. Qu’il n’est plus possible de se projeter dans le futur avec les données du présent. La guerre se présente ainsi comme l’ultime réponse à une situation de crise totalement bloquée.

La grande illusion.
Le conflit libanais que nous venons de vivre, a-t-il répondu aux attentes du peuple israélien ?
Le déclenchement de ce dernier épisode guerrier a-t-il permis de dénouer l’écheveau embrouillé qui tel un noeud coulant menace à intervalles réguliers d’étrangler Israël ?
A-t-il ouvert la porte d’un avenir plus serein vers lequel nous pouvons aller ?

La lecture des réactions des uns et des autres nous conduit à répondre à cette question par la négative.
Il est manifeste que ce conflit n’a rien réglé. Les questions que l’on se posait antérieurement sont toujours là.
On pourrait comparer le drame que nous vivons à un acte chirurgical. L’action de Tsahal, c’est le coup de bistouri qui ouvre tout grand la plaie. Cette intervention, il fallait la faire, tous en sont convaincus. Mais les chirurgiens, penchés sur cette blessure aujourd’hui béante, hésitent brutalement et sur le diagnostic et sur l’acte ; par ailleurs, les nouveaux praticiens appelés en renfort ordonnent aux opérateurs initiaux de quitter la table des opérations. Que vont-ils faire ?

L’ONU et les forces internationales proposent de recoudre la plaie sans toucher à rien. De laisser les choses en l’état. De faire simplement de la chirurgie plastique pour masquer les cicatrices. On bricole, on donne dans le provisoire. On maintient. On recoud le malade car on sait que l’on ne peut rien pour lui. On replâtre pour masquer, non pour réparer.

En adoptant cette position, on replace ipso facto les protagonistes dans la situation antérieure, celle qui a précisément provoqué le conflit.
Que feront dès lors les adversaires ? Les mêmes causes engendrant les mêmes effets, on peut augurer qu’il se prépare une nouvelle bataille, plus redoutable que les précédentes.

Une occasion manquée.
J’ai le sentiment amer que pour une fois, l’ONU et les forces internationales pouvaient réellement œuvrer pour l’instauration d’une paix durable dans la région. Lorsque Saddam Hussein a envahi le Koweït, l’ONU s’est engagée au côté des Etats-Unis et non contre eux. Il fallait agir de même lors du conflit libanais.
Le Liban est occupé et humilié par des milices terroristes qui de surcroît menacent et agressent Israël et déstabilisent d’autres pays de la région.
La solution était simple, limpide, écrite noir sur blanc : en tout premier lieu, au plan strictement militaire, désarmer le Hezbollah., avec l’aide d’Israël qui agit dans le sens du respect du droit international. Intervenir pour le Liban, c’est nécessairement intervenir au côté d’Israël, non contre lui. Pour une fois, la force et le droit auraient été, sans discussion possible, dans le même camp. La justice aurait triomphé et la paix établie dans le sillon ainsi tracé.

En outre, l’ONU et les puissances intervenantes se devaient, au plan diplomatique, de rappeler fermement la Syrie à l’ordre et mettre sérieusement l’Iran face à ses responsabilités.
Au lieu de cette attitude lucide et courageuse, l’ONU, au mépris de toutes les règles, a traité une organisation terroriste sur le même plan qu’Israël, un Etat agressé, renvoyant les deux protagonistes dos à dos !
Résultat catastrophique : Israël quitte le Liban mais pas le Hezbollah qui pour le coup, légitime son occupation forcée, pérennisant sa présence dans le Sud Liban avec la bénédiction des journalistes et des médias qui donnent le sentiment qu’Israël a fait la guerre contre le Liban, validant en boucle la fable d’un Hezbollah devenu, par un tour de passe-passe, l’allié (et non le bourreau) de ce malheureux pays des cèdres !

Jamais, nous n’avions été aussi près de la paix. Jamais la chance réelle de régler définitivement ce conflit n’a été à ce point gâchée. Mais jamais, la réalité de ces fausses mesures n’a été aussi évidente.

L’aveuglement endémique des puissances qui agissent avec l’ONU apparaît ainsi comme l’une des causes majeures de cette interminable guerre.
La volonté d’aboutir à la paix existe-t-elle vraiment ?
Est-ce que l’on n’entretient pas plus ou moins volontairement ce foyer de tensions ?
Ces demi-mesures, ces trêves répétées, ce statu quo que jusqu’à la nausée on nous impose, nous incitent à rechercher chez Orwell la réponse à cette situation absurde : le monde a besoin de la guerre et c’est Israël (et les peuples impliqués dans cette galère) qui paie le prix de cette immense tartufferie planétaire.
Mais attention ! Cette fois, le monde joue avec le feu. Le grand. Le vrai.
http://www.guysen.com
publié par la vraie sioniste publié dans : lutte contre le terrorisme

16:33 Écrit par la vraie sioniste dans lutte contre le terrorisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

encore un.......

Mardi 12 Septembre 2006
http://www.guysen.com
 
Attentat contre les USA à Damas.
2006-09-12 10:39:00

Selon les propos de témoins présents au moment de l'attaque, deux hommes armés ont arrêté une voiture dans la rue devant l'ambassade des États-Unis à Damas, puis sont sortis du véhicule avant de tirer sur gardes syriens postés devant l'entrée bâtiment. Les attaquants ont ensuite fait exploser leur voiture à bord de laquelle se trouvaient trois terroristes.

Selon des sources syriennes, les terroristes avaient l'intention de faire exploser deux voitures piégées, mais les forces de sécurité ont empêché à temps l'explosion du second véhicule.

Un policier syrien, et quatre terroristes ont été tués dans les échanges de tirs qui se sont ensuivis. Un diplomate chinois a été légèrement blessé dans cette attaque. Un peu plus tôt, des coups de feu et des explosions avaient été entendus dans le quartier de d'Abou Rumaneh dans lequel sont situées les ambassades étrangères de la capitale syrienne.

Le ministère de l'Intérieur syrien a confirmé la piste terroriste

16:21 Écrit par la vraie sioniste dans lutte contre le terrorisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

je demande pardon


JE DEMANDE PARDON...
PALESTINE???
La honte de l'Europe
La honte de l'Europe
Sinistre Palmares...
Le mythe palestinien
Le mythe palestinien
JE DEMANDE PARDON...
JE DEMANDE PARDON AU NOM DU PEUPLE JUIF

Par le professeur Stephen Berger du Centre Médical de Tel Aviv, peu après une autre explosion de bus à Jérusalem où 22 personnes sont mortes, la plupart des enfants et des bébés, et plus de 100 personnes ont été blessées
Faisant suite à la dernière atrocité subie à Jérusalem, le Secrétaire d'Etat américain Powell pressa les Palestiniens de dénoncer l'attentat. Le premier ministre Mahmoud Abbas s'est plaint qu'on demande toujours aux seuls Palestiniens de dénoncer la terreur. Comme on s'y attendait la dénonciation palestinienne a consisté à marmonner "on déplore le meurtre de civils de quelque côté que ce soit". Il est possible que les Palestiniens aient des griefs contre nous, et pour aplanir cette situation, je me propose de dénoncer nos actes au nom du peuple Juif. Je dénonce et demande pardon pour

toutes les bombes homicides Juives contre des arabes

tous les bus arabes explosés par des Juifs

toutes les pizzerias, les centre commerciaux, les discothèques, les cafés et restaurants qui ont explosés du fait de terroristes Juifs

tous les avions détournés par des Juifs depuis 1968

toutes les fêtes de ramadan visées par des bombes Juives

tous les arabes lynchés dans les villes Israéliennes, tous les athlètes olympiques arabes assassinés par des Juifs et toutes les ambassades arabes détruites par des Juifs

toutes les mosquées, cimetières et les écoles religieuses bombardés, incendiés ou profanés par des Juifs en Afrique du Nord, en France, en Belgique, en Allemagne, en Angleterre, ou ailleurs.

la destruction par des Juifs d'institutions américaines militaires, civiles ou gouvernementales au Kenya, au Pakistan, en Iran, en Arabie Saoudite, au Yémen, et le meurtre de personnel diplomatique et de Marines

tous les livres d'école Juifs qui revendiquent que des Arabes empoisonnent les puits, utilisent le sang chrétien pour fabriquer du pain, contrôlent la finance mondiale et ont tué Jésus, ou que les chefs arabes se réunissent secrètement pour comploter et s'emparer de la planète

et je suis particulièrement honteux que mes concitoyens Juifs aient attaqué le World Trade Center, le Pentagone et des avions civils le 11 septembre 2001 et qu'ils aient, de plus, dansé dans la rue pour célébrer ces actes….

© www.nuitdorient.com par le groupe boaz,copyright autorisé sous réserve de mention du site

13:16 Écrit par la vraie sioniste dans lutte contre le terrorisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

le 11 septembre aux us

Les Etats-Unis marquent le 5ème anniversaire des attaques du 11 septembre
Yael Ancri
lundi 11 septembre 2006 - 22:15



11septembre.jpgDes millions de personnes ont commémoré mardi l'anniversaire de ce qui a été surnommé "le plus grand attentat de l'histoire", à savoir les attaques terroristes du 11 septembre 2001, qui ont fait près de 3000 morts, dont plusieurs israéliens. 

A Ground Zero de Manhattan, là où s'élevaient jusqu'à il y a cinq ans les tours jumelles du World Trade Center, des milliers d'Américains ont commémoré les attaques du 11 septembre 2001. Les participants à la cérémonie ont observé une minute de silence à 8:46 du matin, l'heure à laquelle le vol numéro 11 de la compagnie aérienne American Airlines s'est écrasé sur la tour nord. Une autre minute de silence a également été observée à 9:03, lorsque le deuxième avion détourné, le vol 157 de la compagnie United, a percuté la tour sud.

Des proches des victimes de ce terrible attentat ont commencé à se rassembler sur les lieux tôt lundi matin. Les gens brandissaient des pancartes avec des photos de leurs proches, donnant un visage aux 2.749 personnes ayant trouvé la mort dans ces attaques revendiquées par l'organisation terroriste Al-Qaïda. Au début de la cérémonie, les noms de toutes les victimes ont été lus, pour ne pas laisser ce chiffre tragique vide de son vrai sens : celui de centaines de familles brisées pour la vie.

Rudolph Giuliani, qui était maire de New York au moment des attentats a déclaré : "Nous sommes revenus pour nous souvenir de la valeur de ceux que nous avons perdus, de ceux qui innocemment sont allés au travail ce jour-là et des âmes courageuses qui sont parties à leur recherche."

Le Président américain George Bush, a ouvert ce jour de commémorations à la caserne "Fort Pitt" dans le Lower East Side avec les pompiers new-yorkais qui furent les premiers sur les lieux ce jour tragique, où ils ont perdu nombres de leurs collègues simplement venus pour sauver des vies.

En Israël, une cérémonie a eu lieu à l'ambassade américaine à Herzliya. Le vice Premier ministre, Shimon Pérès, a déclaré à cette occasion que nul ne pouvait promettre que les évènements du 11 septembre ne se reproduiraient jamais. Pérès a ajouté que l'Iran, le Hezbollah, le Hamas et la Syrie étaient faibles. Ils peuvent  commettre des crimes, mais n'ont aucune chance de gagner, car ils n'ont pas de message d'espoir à offrir à leurs peuples, a-t-il précisé. 

L'ambassadeur des Etats-Unis en Israël, Richard Jones, a pour sa part déclaré que l'Iran et la Syrie continuaient à soutenir les organisations terroristes. Il a ajouté que l'Iran avait raté l'occasion de poursuivre des pourparlers au sujet de son programme nucléaire et qu'il devait comprendre que son "comportement aurait des conséquences." 


http://www;a7.fr

10:48 Écrit par la vraie sioniste dans lutte contre le terrorisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |