13/10/2006

israel religion et democratie

COMMENT CONCILIER SOUVERAINETE JUIVE ET DEMOCRATIE Par Maître Bertrand Ramas-Muhlbach
TOPJ.net
mercredi 11 octobre 2006 - 08:29



Lorsque David BEN GOURION a proclamé la fondation de l’Etat juif le 14 mai 1948, la finalité était de conférer au Peuple Juif la souveraineté dans le Pays d’Israël.

La proclamation a d’ailleurs rappelé les étapes historiques ayant abouti à la création de l’Etat d’Israël en l’occurrence : la naissance du peuple Juif en Eretz Israël, les conditions de son exil deux fois millénaires avec l’espoir ininterrompu de rétablir sa souveraineté nationale sur ces terres, le retour massif d’israélites en terre d’Israël depuis la fin du 19ème siècle, la reconstruction économique du pays et bien évidemment la consécration internationale du droit pour le peuple juif de fonder son foyer national avec la résolution du 29 novembre 1947 prévoyant la création d’un Etat juif indépendant dans le Pays d’Israël.
De la même manière, David BEN GOURION n’a pas manqué de rappelé que la maîtrise par le Peuple juif de son destin dans son propre Etat souverain, était un droit naturel.

L’inconvénient de la proclamation de l’Etat d’Israël résulte de ce qu’elle a prévu d’instituer une démocratie en Israël et d’assurer une complète égalité de droits sociaux et politiques à tous les citoyens sans distinction de croyance ou de race.

Or, une telle prévision, aussi noble soient-elle, apparaît aujourd’hui grandement problématiques pour l’Etat d’Israël en ce qu’elle contient les moyens naturels de sa propre disparition.

En effet, il est impossible de concilier la souveraineté juive sur l’Etat d’Israël et le principe démocratique d’égalité politique qui confère aux non juifs la possibilité de voter démocratiquement l’instauration d’un Etat d’une autre nature.

l’Etat d’Israël se doit donc d’aménager ses propres institutions pour concilier démocratie et souveraineté nationale juive (I) afin d’éviter que ses règles de fonctionnement démocratique actuelles ne conduisent à la perte de ses valeurs démocratiques et finalement à l’Etat lui-même (II).

I)          LA MISE EN PLACE D’UNE DEMOCRATIE SOUS SOUVERAINETE NATIONALE JUIVE

La volonté des fondateurs de l’Etat d’Israël était de conférer la souveraineté de l’Etat à la seule nation juive.

Dans ces conditions, l’attachement aux valeurs suprêmes de la démocratie (A) ne doit pas menacer le contrôle politique de l’Etat par la nation juive (B)

A)  LE RESPECT DES VALEURS SUPREMES DE LA DEMOCRATIE

Lors du Premier congrès sioniste convoqué à Bâle en 1897, Théodore Herl a envisagé la création d’un état juif et démocratique en terre d’Israël.

Cette volonté n’était pas destinée à laisser une majorité de non juifs décider de l’avenir du peuple d’Israël.

Le but était simplement de respecter le pluralisme des courants de pensée qui caractérisaient la communauté juive (hassidim, mitnaqdim, ashkénazes, séfarades, kabbalistes, halakhiques, sadducéens, les courants de Beit Chammaï ou de Beit Hillel ...) tout en préservant les principes d’égalité et de liberté.

En effet, le choix démocratique prolongeait les préconisations des Prophètes de la Bible ou les rabbins du Talmud quant au soin à apporter aux plus démunis tout en respectant le principe d’égalité devant D-ieu.

C’est donc naturellement la voie démocratique qui a été choisie par les fondateurs de l’Etat d’Israël comme mode d’organisation politique de l’Etat avec les multiples prérogatives offertes aux citoyens.

La loi fondamentale du 12 février 1958 sur la Knesset a réservé aux israéliens les droits civils et politiques, c'est-à-dire le droit d’être éligible ou encore de participer aux élections des représentants à la Knesset.

En outre, dès le début du fonctionnement de l’Etat, des dispositions légales ont encadré le droit au travail (loi de 1951 sur les heures de travail et de repos) le droit à la santé (loi sur les assurances nationales de 1953 qui assurent un service sanitaire et le principe de l’hospitalisation) l’égalité des droits des femmes (1951) le droit à l’éducation (rendu obligatoire par la loi de 1949) la protection de l’enfance (la loi sur le traitement et la protection de la jeunesse de 1960, loi sur le travail des jeunes 1953).

Dans les années qui ont suivi, de nouvelles loi et la jurisprudence de la Haute Cour de Justice ont encore renforcé les principes de liberté et d’égalité telle la décision qui a imposé au Tribunaux rabbiniques de respecter le principe d’égalité dans la répartition des biens matrimoniaux sans tenir compte de la loi juive concernant la séparation de ces biens (HC 1000.92 Bavli / Tribunaux rabbiniques en appel 48 II PD 221)

De la même manière, l’enfant est protégé par différentes lois telles la loi sur le jugement, les sanctions et le traitement des jeunes délinquants de 1971, la loi sur la prévention des mauvais traitement infligés à des mineurs et à des personnes sans défense de 1989 ou encore la Convention sur les droits de l’enfant ratifiée par l’Etat d’Israël en 1991.

Plus généralement, l’ensemble de ces principes de libertés et d’égalité a été consacré par les lois fondamentales du 17 mars 1992 sur la dignité humaine et la liberté, et du 9 mars 1994 sur la liberté du travail mais également par le contrôle de la hiérarchie des normes par la Cour Suprême d’Israël qui, depuis, novembre 1995, veille à ce qu’aucun texte ayant une valeur normative inférieure ne porte atteinte à ces droit fondamentaux.

Dès lors, nul ne saurait contester à l’Etat d’Israël sont attachement aux valeurs démocratiques qui sont parmi les mieux protégées des pays occidentaux.

Toutefois, les caractéristiques de la démocratie ne sauraient avoir pour effet de remettre en cause la souveraineté juive de l’Etat.

B)  LE CONTROLE DU POUVOIR POLITIQUE A LA KNESSET PAR LA NATION JUIVE

Lors de la naissance de l’Etat d’Israël, ses fondateurs étaient attachés au respect des droits des minorités.

Aussi, la proclamation de l’Etat d’Israël a-t-elle invité les habitants arabes du pays à préserver les voix de la paix dans le développement de l’Etat sur la base d’une citoyenneté égale et complète et d’une juste représentation dans tous les organismes et les institutions de l’Etat.

La majorité juive de l’Etat en 1948 n’a cependant pas anticipé que certains habitants arabes du pays ne préserveraient pas les voix de la paix dans le développement de l’Etat ni que les ennemis d’Israël se reposeraient sur le caractère démocratique de l’Etat pour le renverser.

En effet, les droits politiques inhérents au système démocratique prévus par la loi fondamentale sur la Knesset, offre à la majorité des citoyens de décider du devenir de l’Etat.

Ceci risque de devenir problématique en 2050 car les projections en terme de populations indiquent, pour cette période, que la population non juive en Israël sera aussi importante que la population juive.

Dès lors, la loi Israélienne se doit impérativement d’anticiper une adaptation du mode de la représentation de la nation juive la Knesset sauf à risquer une disparition naturelle de l’Etat juif par le nombre de citoyens non juifs.

En effet, une majorité non juive à la Knesset pourrait tout à fait décider de l’instauration d’un Etat d’une autre nature en renonçant à toutes les avancées en terme d’égalité ou de progrès social.

Aussi, convient-il d’aménager un mécanisme visant à figer le principe de souveraineté nationale par l’instauration d’une « démocratie nationale juive » où l’ensemble des citoyens serait titulaire des droits liés aux valeurs suprêmes de liberté et d’égalité sans risque de remise en cause du principe de souveraineté juive de l’Etat.

Pour ce faire, il convient de modifier la loi fondamentale sur la Knesset en précisant que sur les 120 membres qui la compose, 80 % représenteront la nation juive afin d’assurer la permanence du pouvoir et la pérennité de la souveraineté juive sur l’Etat.

Cette prévision permettra au pouvoir politique de continuer d’organiser, défendre et assurer le développement de la société en considération de la nature juive de l’Etat

En pareille hypothèse, l’Etat juif conservera la maîtrise sur l’armée, la police, le choix des règles sociales, les rapports entre les individus suivant le projet des sionistes de 1948 et plus généralement, le respect des principes qui ont présidé à la naissance de l’Etat.

Enfin, le pouvoir politique israélien sera définitivement légitimé par le sentiment national juif, les souvenirs communs de l’histoire du judaïsme, la culture nationale juive et la volonté par les juifs de vivre ensemble, à l’exception de toute autre considération.

Une telle situation ne serait en rien contraire aux vœux les plus chers des sionistes fondateurs de l’Etat qui avaient choisi de donner au président de l’Etat, le nom de « nassi » qui est le titre du chef du Sanhédrin, organisme législatif et judiciaire suprême du peuple juif dans les temps anciens.

De même, il avait été décidé de donner à la chambre des représentants le nom de Knesset, tiré de la Knesset Haguedolah, conseil juif représentatif réuni à Jérusalem par Ezra et Néhémie au 5ème siècle avant l’ère chrétienne.

Honneur doit donc être fait aux fondateurs de l’Etat d’Israël car une majorité non juive à la Knesset refuserait certainement de conserver ces titres.

II)            LES DANGERS D’UNE PERTE DE LA SOUVERAINETE JUIVE POUR LA DEMOCRATIE ET POUR L ETAT D’ISRAEL

Une perte de la souveraineté juive sur l’Etat entraînerait incontestablement celle de la démocratie dont les valeurs ne sont pas admises par l’Islam (A) et finalement, toute raison d’être à l’Etat d’Israël (B).

A)  L’ABSENCE D’ADMISSION DE LA DEMOCRATIE PAR L’ISLAM

Les révélations récentes de députés non juifs de la Knesset ne laissent planer aucun doute sur ce que deviendrait Israël en cas de perte de la souveraineté juive.

En effet, l’un d’eux a encouragé les palestiniens à suivre la voie militaire et un autre a qualifié les enlèvements de personnes juives comme étant des actes légitimes et plein de dignité.

Dès lors, en cas de survenance d’une majorité non juive à la Knesset, il est à craindre un abandon des droits de la personne et des principes de liberté qui caractérisent actuellement la société israélienne.

Il faut donc cesser de se leurrer : un contrôle par une majorité musulmane de la chambre des représentants est incompatible avec le maintien des valeurs démocratiques.

En effet, la prééminence des droits individuels de la personne suppose l’application d’une règle fondamentale à savoir, la séparation du civil et du religieux, destinée à garantir le respect des modes de pensée et le pluralisme ethnique et confessionnel.

Or, dans l’Islam, il n’existe pas de séparation entre le religieux et le profane car « ce qui est dans les cieux et sur la terre appartient à Dieu » (sourate 4, verset131, 132).

Aussi, les dimensions temporelles et spirituelles sont indissociables et le monde musulman est-il divisé en deux parties : la terre de l’Islam (régie par la Sharî’a, ou encore loi de Dieu), et la terre de l’ignorance et de la contradiction, qui n’est pas musulmane.

Or, s’il n’est d’autre religion que celle qui impose la soumission à Dieu (sourate 3, verset 19), les croyants admettent que Dieu a envoyé Muhammad en tant que messager avec la Direction et la Religion de vérité pour la faire triompher de toute autre religion (sourate 48, verset 28).

Ceci permet de distinguer les vrais croyants de ceux qui ne le sont pas : seuls sont de vrais croyants, ceux qui croient en Dieu et en son Envoyé (sourate 49, verset 15).

Dès lors, pour les fondamentalistes palestiniens, la finalité est l’avènement d’un monde dirigé selon les lois de la scharî’a et l’instauration d’un Etat islamique en Palestine.

Bien sur, une telle situation serait grandement problématique pour la démocratie israélienne :

- tout d’abord, maintenir la démocratie reviendrait à accepter la présence de juifs et d’un Etat hébreu en terre musulmane alors qu’il s’agit d’atteintes portées à l’Islam.

- En outre, il est impossible d’imaginer un système égalitaire avec les juifs car « Dieu les a maudit à cause de leur incrédulité » (sourate 4, verset 46).

Dès lors, l’Etat d’Israël ne peut indéfiniment, occulter les fragilités inhérentes au système démocratiques et la faculté pour la population de renoncer démocratiquement aux règles de la démocratie.

B)  LE RISQUE POUR ISRAEL DE PERDRE SA RAISON D ETRE

De la même manière, Israël doit comprendre que les dispositions de la loi fondamentales sur la Knesset qui accordent des droits politiques concurrents à la population non juive, constituent un vrai moteur pour la violence ininterrompue des voisins palestiniens.

En effet, les dispositions institutionnelles qui offrent au nombre, de décider du devenir de l’Etat, confirment les palestiniens dans leur conviction que l’Etat d’Israël n’est qu’un accident de l’histoire.

Les prérogatives accordées aux populations non juives de l’Etat d’Israël, si aucune modification n’est envisagée, offrira aux populations arabes demeurant en Israël de maîtriser leur propre destin.

En d’autres termes, le régime politique actuel permet aux palestiniens d’entrevoir une dialectique historique par étapes dans laquelle la population non juive d’Israël, égalant la population juive, sera en mesure d’exiger des prérogatives réservées à leur propre majorité.

Or, si un jour les populations arabes d’Israël disposent de leurs propres instances représentatives et de véritables groupes de pression, Israël n’aura d’autre choix que de permettre l’instauration d’un Etat bi national.

En pareille occurrence, la nation arabe vivant sur le territoire disposera de prérogatives administratives propres et notamment le droit d’instaurer son propre « droit au retour » de toutes ces populations arabes que l’on nomme communément « réfugiés palestiniens ».

Le déséquilibre démographique s’accentuera immédiatement au profit de la population arabe dont les dirigeants pourront se coaliser avec d’autres pays arabes pour chasser définitivement les juifs de la terre à la plus grande satisfaction des islamistes qui doivent « chasser d’où ils auront été chassés » (sourate 2, verset 190-92)).

Il résulte de tout ceci que l’Etat d’Israël doit cesser de laisser les palestiniens imaginer qu’un jour, ils disposeront de droits concurrents sur la terre d’Israël.

Dans ce cas, les palestiniens cesseront de rêver d’un renversement de l’Etat d’Israël en se glissant dans les failles des institutions et l’exemple donné pourrait inspirer les grandes démocraties occidentales qui cherchent parfois les moyens de contrecarrer les dérives totalitaires.
 


11:56 Écrit par la vraie sioniste dans histoire souvenir | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13 octobre

   Guysen >> Culture
Souviens toi… 13 octobre
Par Claude Bensoussan pour Guysen Israël News
Jeudi 12 octobre 2006 à 22:25
Mémoire...

Rubrique quotidienne

Une exclusivité Guysen Israël News

1726

Un autodafé se teint à Lisbonne : y figure un prêtre accusé de " judaïser ", c'est-à-dire de pratiquer secrètement la religion juive. Il est brûlé vif sur le bûcher.

1939

Le haut commandement de l'armée allemande ordonne que les juifs de Lodz (Pologne) fournissent chaque jour 600 travailleurs.

1941

Les juifs de Storozynetz (Bucovine, R.S.S. d'Ukraine) déportés en Transnitrie sont envoyés à pied vers Markulesti. Ils y arrivent totalement épuisés, victimes de la faim et des balles des gardes allemands et roumains.

Les SS assassinent 350 juifs à Verba (Volhynie).

1942

1 900 juifs d'Ivaniska (district de Kielce, Pologne) sont déportés au camp d'extermination de Treblinka.

Les SS assassinent 1 800 juifs à Mizocz (Volhynie, R.S.S. d'Ukraine

11:10 Écrit par la vraie sioniste dans histoire souvenir | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/10/2006

11 octobre

Souviens toi… 11 octobre
Par Claude Bensoussan pour Guysen Israël News
Mardi 10 octobre 2006 à 22:10
Mémoire...

Rubrique quotidienne

Une exclusivité Guysen Israël News

1941

Un train de juifs déportés de Suczava passe par la gare de Czernovitz (capitale de la Bucovine, R.S.S. d'Ukraine). Il est stoppé par les nazis et les gardes roumains afin de décharger les cadavres des juifs morts au cours du voyage dans des wagons glacés et bourrés de monde. Le train reprend alors sa route vers le ghetto de Czernovitz.

Les nazis fusillent 400 juifs à Belgrade.

Les juifs de Czernovitz sont parqués dans un ghetto, leurs biens confisqués. Par la suite, les internés seront déportés en Transnistrie.

1942

Au cours d'une Aktion dirigée contre les juifs d'Ostroviec (province de Kielce, Pologne), 11 000 juifs du ghetto et des villages environnants sont rassemblés et déportés au camp d'extermination de Treblinka, où ils périssent tous.
La communauté juive de la ville remonte au XVIIIe siècle.

Environ 4 200 juifs de Lubartov (province de Lublin) sont déportés aux camps d'extermination de Sobibor, Belzec et Maïdanek, où tous périssent. Parmi eux se trouvent 1 000 juifs qui, un an auparavant, avaient été déportés de Slovaquie à Lubartov. Cette dernière ville est déclarée " purifiée de ses juifs ". Pendant plus d'un an, un groupe de partisans juifs combat dans les forêts, dirigé par Samuel Jegier et Mietek Gruber.

3 000 juifs de Bicheva (province de Lublin) sont déportés au camp d'extermination de Belzec.

1944

Au cours d'une Aktion, les SS fusillent 208 jeunes juifs d'Ujvidek (Yougoslavie), qui travaillent sur la voie ferrée. 12 juifs survivent.

20 malades mentaux juifs de Venise sont internés dans le camp de concentration tristement célèbre de Risiera di San Sabba, près de Trieste, le seul camp nazi en territoire italien. Le soir du même jour, 5 ou 6 d'entre eux ont déjà été tués par les SS gardant le camp.

SOURCE :http://www.guysen.com

 

11:24 Écrit par la vraie sioniste dans histoire souvenir | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/10/2006

6 octobre

Souviens toi…6 octobre
Par Claude Bensoussan pour Guysen Israël News
Jeudi 5 octobre 2006 à 23:14
 
Mémoire...

Rubrique quotidienne

Une exclusivité Guysen Israël News

1938

L’antisémitisme devient officiel en Slovaquie. Ce jour-là, des décrets antijuifs entrent en vigueur et des mesures sont prises contre la population juive.

1941

Début de la déportation des juifs de Prague au camp de concentration de Theresienstadt. Elle prend plusieurs mois.

1942

1 200 juifs du ghetto de Biala Podlaska (Pologne), où les juifs des environs ont été regroupés eux aussi, sont déportés au camp d’extermination de Treblinka, où ils sont tués quelques heures après leur arrivée.
Le même jour sont déportés à Treblinka : 3 000 juifs de Wolomin (district de Varsovie), 4 000 juifs de Miedzyrzec Podlaski (province de Lublin), 800 juifs de Zarki et 8 000 autres de Chmielnik (province de Kielce), arrêtés par une unité spéciale composée de policiers allemands et d’auxiliaires ukrainiens.

500 juifs sont assassinés par les SS au cours d’une Aktion déclenchée à Warkovicze (Volhynie). Environ 800 autres fuient dans les bois. Des jeunes gens résistent de leur mieux.

Les SS continuent à fusiller les juifs du district de Dubno (Volhynie, R.S.S. d’Ukraine), comme ils ont commencé à le faire le 5 octobre. 5 000 juifs sont fusillés en deux jours.

1944

Au cours d’une Aktion, les SS fusillent 529 juifs qui travaillaient embrigadés dans les mines de cuivre de Bor (Yougoslavie).

Un transport quitte le camp de concentration de Theresienstadt avec 1 550 juifs déportés au camp d’extermination d’Auschwitz.

SOURCE : http://www.guysen.com

13:17 Écrit par la vraie sioniste dans histoire souvenir | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/09/2006

21 septembre

Guysen >> Culture
Souviens toi…21 septembre
Par Claude Bensoussan pour Guysen Israël News
Mercredi 20 septembre 2006 à 22:04
Mémoire...

Rubrique quotidienne

Une exclusivité Guysen Israël News

1287 6 juifs sont tués à Kirn, près de Bad Kreuznach (Allemagne), sans doute à la suite d'une accusation de meurtre rituel portée contre les juifs de la ville d'Oberwesel. Par la suite, des juifs sont tués dans plusieurs localités de la région d'Oberwesel.

1348

Les juifs de Zurich sont accusés d'avoir empoisonné des puits et d'avoir commis un meurtre rituel, c'est-à-dire d'avoir tué un enfant chrétien afin d'utiliser son sang pour la cérémonie de la Pâque. Quelques juifs sont chassés de la ville mais presque tous les membres de la communauté sont brûlés sur le bûcher. Selon une loi promulguée le même jour, les juifs ne pourront jamais revenir à Zurich.

1939

Reinhard Heydrich présente un plan de création de ghettos en Pologne.

En Pologne, les nazis ordonnent la dissolution de toutes les communautés de moins de 500 membres : les juifs doivent s'installer dans les ghettos des villes et dans la région s'étendant entre Lublin et Nisko.

1941

Les SS et des volontaires lituaniens assassinent 3 500 juifs à Aishishak (province de Vilna).

1942

En ce jour de Kippour, 1 200 juifs de Suchedniov (district de Kielce, Pologne), 1 200 juifs de Sendziszov (district de Cracovie) et 6 000 juifs de Wegrow (district de Varsovie), où a lieu une Aktion de trois jours, sont déportés au camp d'extermination de Treblinka.

Le jour de la fête juive de Kippour, 1 000 juifs du ghetto de Rohatyn (district de Stanislavov, R.S.S. d'Ukraine) et 1 000 juifs du ghetto de Podhaitzy (district de Tarnopol, R.S.S. d'Ukraine), où 3 500 juifs sont internés, sont déportés au camp d'extermination de Belzec. Des juifs ont vécu à Podhaitzy à partir du XVIIe siècle.

Le jour de Kippour, 600 juifs de la ville de Kamionka-Strumilova (province de Lvov, R.S.S. d'Ukraine) doivent sortir de la ville pour être assassinés à Zabuze, sur la rivière Bug.

Le jour de Kippour, un train avec 2 000 hommes et femmes, dont près de 1 000 juifs étrangers, quitte le camp de regroupement de Pithiviers (France). Le même jour, un convoi avec 713 internés juifs quitte le camp de regroupement de Westerbork. Tous ces juifs sont déportés au camp d'extermination d'Auschwitz.

Les SS rassemblent une centaine de juifs et les fusillent à Rakov (R.S.S. de Biélorussie) le jour de Kippour.

Les SS assassinent 700 juifs à Chodel (district de Lublin) le jour de Kippour.

Au cours d'une Aktion qui s'étend du 21 septembre, jour de Kippour, au 29 septembre, 5 convois avec 10 000 juifs au total quittent le ghetto de Theresienstadt, sans doute à destination de Minsk-Trostinets (R.S.S. de Biélorussie). Aucun déporté n'a survécu.

1943

Les SS assassinent les 400 juifs restés à Kobylnik (district de Vilna, R.S.S. de Lituanie).

979 internés juifs sont déportés du camp de regroupement de Westerbork au camp d'extermination d'Auschwitz.

1944

2 juifs sont déportés de Vienne (Autriche) au camp de concentration de Theresienstadt.

 

10:55 Écrit par la vraie sioniste dans histoire souvenir | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/09/2006

20 septembre

    Guysen >> Culture
Souviens toi… 20 septembre
Par Claude Bensoussan pour Guysen Israël News
Mardi 19 septembre 2006 à 19:25
Mémoire...

Rubrique quotidienne

Une exclusivité Guysen Israël News

1540

Le premier autodafé de conversos (juifs baptisés de force), après l'installation d'un tribunal de l'Inquisition au Portugal, se tient à Lisbonne. L'Inquisition de Lisbonne devient la plus active du pays.

1939

Reinhard Heydrich, chef du Bureau central de la sécurité du Reich, à Berlin, envoie à tous les services de la Gestapo un ordre utilisant le nom de code de " traitement spécial ", qui signifie en réalité la liquidation physique des personnes. L'ordre concerne principalement les juifs.

33 juifs sont arrêtés et assassinés à Sieradz (Pologne) par les troupes de la Wehrmacht lors de leur progression.

Les nazis assassinent 1 juif dans le village de Grodzisk (district de Blonie, Pologne).

1942

3 000 juifs de Szczekociny (district de Kielce, Pologne) sont déportés au camp de travail forcé de Radomsk.

Les 3 000 juifs de Zaleszczyki (district de Tarnopol, R.S.S. d'Ukraine) doivent se préparer en vingt-quatre heures à leur déportation au ghetto de Tluste. Une partie d'entre eux est envoyée à Tluste, une autre au camp d'extermination de Belzec, où 350 juifs de Bialykamien (district de Tarnopol) ont été déportés le même jour. Plusieurs juifs de Zaleszczyki parviennent à se réfugier dans les bois.

1943

Un vingt et unième convoi avec 1 433 juifs, dont 89 enfants, quitte le camp de regroupement de Malines (Belgique) pour le camp d'extermination d'Auschwitz. 51 déportés seulement survivront jusqu'à la libération du camp, en 1945.

11:26 Écrit par la vraie sioniste dans histoire souvenir | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/09/2006

la shoah

YOM HASHOAH - JOUR DE SOUVENIR


Le 27 nissan, comme chaque année, nous célébrons la mémoire des 6 millions de Juifs tués par la pire barbarie jamais témoignée par l’homme à l’égard de l’homme.
Les déportés survivants, les résistants, les prisonniers de guerre sont de moins en moins nombreux. Combien seront-ils demain…et dans 10 ans ?

Le jour du souvenir de la shoah a été institué en Israel et à travers le monde afin qu'aucune génération, aucune religion, n'oublie ce qui s'est passé. Comment savons nous que le peuple Juif à veccu en esclavage en Egypte si ce n'est grace à la fête de Pessah que nos sages ont institué. De génération en génération, nous nous passons ce flambeau avec la certitude qu'il est le seul rempart efficace contre l'oubli.

Le peuple Juif se doit d'être, la aussi, le témoin éternel du plus sombre évènement de son histoire, car ne nous le cachons pas, les négationistes sont de plus en plus nombreux, et les survivants de moins en moins. Alors c'est à nous et aux futures génération d'être les gardiens de notre histoire.

1/ Primo Levi : Si c'est un homme

primo levi Vous qui vivez en toute quiétude
Bien au chaud dans vos maisons
Vous qui trouvez le soir en rentrant
La table mise et des visages amis
Considérez si c'est un homme
Que celui qui peine dans la boue,
Qui ne connait pas de repos,
Qui se bat pour un quignon de pain,
Qui meurt pour un oui pour un non.
Considérez si c'est une femme
Que celle qui a perdu son nom et ses cheveux
Et jusqu'à la force de se souvenir,
Les yeux vides et le sein froid
Comme une grenouille en hiver.
N'oubliez pas que cela fut,
Non, ne l'oubliez pas:
Gravez ces mots dans votre coeur.
Pensez-y chez vous, dans la rue,
En vous couchant, en vous levant;
Répétez-les à vos enfants.
Ou que votre maison s'écroule;
Que la maladie vous accable,
Que vos enfants se détournent de vous.

2/ Yom hashoah en Israel

En Israel, à 10 heures du matin, les sirènes retentissent pendant deux minutes à travers tout le pays. yom hashoah Les voitures, les bus s'arrêtent et les passagers en sortent. Les piétons s'arrêtent également et respectent deux minutes de silence. Pendant ce jour les lieux de loisirs et la plupart des établissements publics sont fermés conformément à la loi. Les chaînes de télévision et de radio diffusent essentiellement des programmes documentaires à propos de la Shoah et des interviews et reportages sur les commémorations. Tous les drapeaux du pays sont en berne.

Des commémorations ont également lieu dans les lycées, où les étudiants écoutent les témoignages des derniers survivants et discutent de cette période en classe. À Auschwitz, des milliers de lycéens israéliens commémorent ce jour par «la Marche des vivants» par opposition aux «Marches de la Mort» de l'Holocauste. Ces événements font partie de l'enseignement scolaire sur la Seconde Guerre mondiale et sont subventionnés par le Ministère de l'Éducation.

3/ Yad Vashem : Musée de la Shoah en Israel

Et je leur donnerai dans ma demeure et dans mes murs un monument... un nom éternel (Yad Vashem), qui ne périra point. (Isaïe 56 : 5)

yad vashem Yad Vashem, le mémorial national du Souvenir des martyrs et des héros de la Shoah, a été créé, en 1953, par une loi de la Knesset (le parlement dIsraël), pour commémorer le souvenir des six millions de juifs, hommes, femmes et enfants assassinés par les nazis et leurs collaborateurs, de 1933 à 1945. Ce mémorial entretient également le souvenir de lhéroïsme et du courage des partisans et combattants juifs dans les révoltes des ghettos, ainsi que des actions des Justes des nations (les non-juifs ayant sauvé des vies juives).

Situés sur le Har Hazikaron (en hébreu, la colline du Souvenir), une hauteur de la périphérie ouest de Jérusalem, yad vashem le mémorial et linstitut Yad Vashem comprennent plusieurs monuments commémoratifs, un musée historique et un important centre darchives et de recherche sur la Shoah.

Yad Vashem a pour mission de perpétuer la mémoire et les leçons de la Shoah auprès des générations suivantes.

De grandes cérémonies nationales sont organisées chaque année à Yad Vashem, le jour du Souvenir des héros et des martyrs de la Shoah, observé le 27ème jour du mois de Nissan dans le calendrier hébraïque, (le 2 mai, cette année), jour anniversaire du déclenchement de la révolte du ghetto de Varsovie en 1943.

Le mémorial principal de Yad Vashem est le Sanctuaire du souvenir (Ohel Yizkor). yad vashem Lédifice aux murs de béton, dallure austère, au toit bas évoquant celui dune tente, demeure entièrement vide, à lexception dune flamme brûlant en permanence. Les noms de 21 camps dextermination, camps de concentration et sites des massacres nazis en Europe centrale et orientale sont gravés dans le basalte noir du sol. Devant la flamme commémorative, une crypte contient les cendres de victimes.

Près dun million et demi denfants juifs ont péri dans la Shoah. Leur souvenir est évoqué dans le Pavillon des enfants, une grotte souterraine dans laquelle les flammes vacillantes des bougies commémoratives se reflètent en une infinité de minuscules lumières scintillant dans lobscurité environnante.

La collection des Archives de Yad Vashem sur la Shoah, la plus importante et la plus complète du monde, comprend 55 millions de pages de documents, près de 100 000 photographies, des séquences filmées yad vashem et des témoignages de survivants enregistrés sur bandes de magnétoscope. La bibliothèque compte plus de 80 000 titres, des milliers de périodiques et un grand nombre de documents rares.

Léducation demeure la mission principale de Yad Vashem. L'institut international des études sur la Shoah organise chaque année des stages pour plus de 100 000 élèves, 50 000 soldats et des milliers déducateurs. Les stages destinés aux enseignants sont proposés en sept langues, en plus de lhébreu, et lInstitut envoie aussi des membres de son personnel à létranger afin de promouvoir lenseignement de la Shoah.



Titre musical - "N'oublie jamais" de Francky PEREZ - Téléchargement gratuit

 

12:14 Écrit par la vraie sioniste dans histoire souvenir | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19 SEPTEMBRE

   Guysen >> Culture
 
Souviens toi… 19 septembre
Par Claude Bensoussan pour Guysen Israël News
Lundi 18 septembre 2006 à 20:32
 
Mémoire...

Rubrique quotidienne

Une exclusivité Guysen Israël News

1939

La Wehrmacht assassine 100 juifs du village de Lukov, à l'est de Varsovie.

1941

500 juifs de Lipniszek (district de Novogrudok, R.S.S. de Biélorussie) sont déportés à Ivje, où ils sont soumis au travail forcé.

Tous les juifs de la ville de Jitomir (R.S.S. d'Ukraine) qui n'ont pu fuir à temps sont assassinés par les nazis. Leur nombre exact n'est pas connu mais atteint sans doute 15 000 victimes.

1942

Début de la première déportation des 5 000 juifs de Parczew (district de Lublin) au camp d'extermination de Treblinka. Plusieurs centaines de juifs parviennent à fuir dans les bois, où ils forment une unité de partisans commandée par Alexander Sakotnicki, officier juif de l'armée polonaise. Environ 150 partisans juifs survivront à la guerre.
Protégé par les rois de Pologne, des juifs ont vécu à Parczew depuis le XVIe siècle.

Un convoi de 1 000 juifs du camp de concentration de Theresienstadt est envoyé à Minsk-Trostinets (R.S.S. de Biélorussie), où les déportés sont fusillés à leur arrivée.

Environ 3 000 juifs du ghetto de Brody (district de Lvov, R.S.S. d'Ukraine) sont arrêtés et déportés au camp d'extermination voisin de Belzec, où tous sont tués. Des groupes de résistants juifs poursuivent leurs actions sans trêve.

1944

Une Aktion de quatre jours a lieu au camp de travail forcé de Klooga (R.S.S. d'Estonie) : 3 000 juifs environ sont assassinés devant l'avance des troupes soviétiques. Parmi les victimes se trouvent 1 500 juifs de Vilna.

Un deuxième groupe de 2 500 travailleurs juifs de Hongrie quitte les mines de cuivre de Bor, à 200 kilomètres au sud-est de Belgrade. Au cours de la marche, plusieurs centaines d'hommes épuisés sont fusillés. Après une exécution massive le 7 octobre, les survivants de ce groupe sont déportés dans les camps de concentration allemands de Buchenwald et de Flossenbürg, où presque tous périssent.

http://www.guysen.com

11:56 Écrit par la vraie sioniste dans histoire souvenir | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/09/2006

18 septembre

Lundi 18 Septembre 2006
  Guysen >> Culture
 
Souviens toi…18 septembre
Par Claude Bensoussan pour Guysen Israël News
Dimanche 17 septembre 2006 à 21:01
 
Mémoire...

Rubrique quotidienne

Une exclusivité Guysen Israël News

1349

Le duc Albrecht d'Autriche accorde sa protection à 330 juifs des villes de Diessenhofen, Winterthur et de localités plus petites de ses territoires, aujourd'hui en Suisse, et leur permet de se réfugier dans sa forteresse de Kyburg. Mais il cède à la pression de ces villes quelques semaines plus tard et les juifs sont brûlés sur le bûcher le 18 septembre.

La communauté juive de Wetzlar (Allemagne) est anéantie après avoir été accusée d'empoisonner les puits.

1939

Conformément à l'accord avec les nazis sur le partage de la Pologne, les troupes soviétiques occupent Dubno (Volhynie, R.S.S. d'Ukraine).
Des juifs s'y étaient installés dès 1532. En 1648, les cosaques de Bogdan Chmielnicki massacrèrent la population juive de Dubno. Au cours des siècles qui suivirent, la communauté fleurit à nouveau. Mais après l'arrivée des autorités soviétiques le 18 septembre, les institutions juives sont dissoutes et les notables de la communauté déportés en Sibérie. Tous les biens des juifs sont confisqués.

1941

1 900 juifs du ghetto de Krupki (R.S.S. de Biélorussie) sont conduits dans les tourbières qui se trouvent près de la ville pour y être fusillés.

1942

Le ghetto de Piaski, dans la banlieue de Kovel (province de Volhynie, R.S.S. d'Ukraine) est liquidé. Kovel est déclaré " libéré de ses juifs ".

1 004 internés juifs du camp de regroupement de Westerbork et 1 000 juifs du camp de regroupement de Drancy (France) sont déportés au camp d'extermination d'Auschwitz. 859 des juifs de Drancy sont gazés dès leur arrivée. 21 hommes seulement de ce convoi survivront jusqu'à la libération du camp, en 1945.

Les SS assassinent 1 200 juifs de Biten (district de Novogrudok, R.S.S. de Biélorussie) au cours d'une Aktion de deux jours.

1943

2 000 juifs, dont des juifs soviétiques prisonniers de guerre, sont déportés du ghetto de Minsk (R.S.S. de Biélorussie) au camp d'extermination de Sobibor, où ils sont assassinés.

http://www.guysen.com

 

11:06 Écrit par la vraie sioniste dans histoire souvenir | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/09/2006

14 septembre

  Guysen >> Culture
Souviens toi…14 septembre
Par Claude Bensoussan pour Guysen Israël News
Mercredi 13 septembre 2006 à 21:14
Mémoire...

Rubrique quotidienne

Une exclusivité Guysen Israël News

1928

Une agitation antisémite se propage à Petrovo Selo (Banat, Yougoslavie), à la suite de rumeurs portant sur le meurtre rituel. L'armée doit garder jour et nuit les maisons juives. Un certain nombre d'émeutiers sont arrêtés. Ils avouent avoir voulu tuer tus les habitants juifs de Petrovo Selo.

1939

Les nazis incendient la synagogue et brûlent des ouvrages religieux et des rouleaux de la Torah sur la place du Marché de Lezajsk (Galicie), choisissant ce jour parce qu'il est celui de Rosh ha Shana, le Nouvel An juif.

La Gestapo fusille 7 juifs à nove Miasto (district de Varsovie).

La police fusille 3 juifs dans le cimetière juif de Dzigorzew (district de Sieradz, Pologne).

La Wehrmacht arrête 45 juifs, les torture et les assassine à Aleksandrov (Lodzki, Pologne).

La Gestapo assassine 14 juifs dans la ville de Pultusk, au nord de Varsovie.

De nombreux juifs sont assassinés lors d'un pogrome déclenché quand les nazis occupent Bilgoraj (province e Lublin) où vivent 5 000 juifs.
Des juifs ont vécu dans cette ville à partir du XVIIe siècle. Elle donna naissance à des écrivains célèbres, tel le prix Nobel de littérature Isaac Bashevis Singer.

1942

Un convoi quitte Vienne (Autriche) avec 992 juifs à destination de Minsk (R.S.S. de Biélorussie).

902 internés juifs du camp de regroupement de Westerbork et 1 000 juifs, hommes et femmes, du camp de regroupement de Drancy (France) sont déportés au camp d'extermination d'Auschwitz. 893 juifs venus de Drancy sont gazés dès leur arrivée. De ce convoi, 45 déportés seulement survivront jusqu'à la libération du camp, en 1945.

700 juifs sont déportés du ghetto de Gorlice (Pologne du sud-est) au camp d'extermination de Belzec.

La superficie du ghetto de Varsovie est diminuée : les nazis permettent à 35 000 juifs seulement de continuer d'y vivre. Avec l'aide de l'organisation clandestine juive Zydowska Organizacja Bojowa (Z.O.B.), outre les internés vivant légalement, 20 000 personnes restent illégalement dans le ghetto. La résistance commence à préparer l'ultime combat.

1943

1 005 internés juifs sont déportés du camp de regroupement de Westerbork au camp d'extermination d'Auschwitz.

305 internés juifs sont déportés du camp de regroupement de Westerbork au camp de concentration de Theresienstadt.

http://www.guysen.com

11:19 Écrit par la vraie sioniste dans histoire souvenir | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/09/2006

13 septembre

Mercredi 13 Septembre 2006
Souviens toi…13 septembre
Par Claude Bensoussan pour Guysen Israël News
Mardi 12 septembre 2006 à 20:45
 
Mémoire...

Rubrique quotidienne

Une exclusivité Guysen Israël News

1939

Début de la première Aktion contre les 4 000 juifs de Mielec (Pologne) la veille de Rosh ha Shana, le Nouvel An juif : les Allemands mettent le feu à une synagogue et jettent 20 juifs dans le bâtiment en flammes. Ceux qui tentent de fuir sont tués. Les abattoirs sont incendiés avec des juifs jetés dedans. Les juifs qui se trouvent dans le mikveh, le bain rituel, sont fusillés par des soldats allemands qui en forcent l'entrée. La communauté de Mielec remonte au XVIIe siècle.

Les troupes allemandes occupent la ville de Tomaszov Lubelski (province de Lublin), où vivent 6 000 juifs. La synagogue est incendiée et 500 maisons juives détruites. Les nazis occupent la ville seulement deux semaines, avant de la remettre aux autorités soviétiques. Des juifs ont vécu dans la ville depuis le début du XVIIe siècle. En 1648, ils furent victimes des cosaques de Bogdan Khmielnicki.

1940

La Gestapo menace de déporter les 4 000 juifs du Luxembourg à moins qu'ils ne quittent le pays le lendemain, qui est le jour de Kippour. Des juifs ont vécu au Luxembourg depuis la seconde moitié du XIIIe siècle.

1941

Première Aktion contre les 2 000 juifs d'Arnheim (province de Gueldre, Pays-Bas) : à la suite d'une série de sabotages, plusieurs centaines de juifs sont arrêtés et déportés au camp de concentration de Mauthausen (Autriche), d'où ils ne reviendront jamais. Des juifs ont vécu à Arnheim depuis le milieu du XIIIe siècle.

1942

Dernière déportation massive des juifs du ghetto de Varsovie au camp d'extermination de Treblinka : les convois ont transporté quotidiennement entre 5 000 et 7 000 juifs à Treblinka où ils ont été tués, soit au total 300 000 juifs environ.

Lors de la liquidation du ghetto de Checiny (province de Kielce, Pologne), de nombreux juifs sont fusillés et plus d'un millier déportés au camp d'extermination de Treblinka, où ils sont tués.

Les SS assassinent 500 juifs à Miody (district de Vilna, R.S.S. de Lituanie).

1944

Un dernier convoi, avec 279 internés juifs, quitte le camp de regroupement de Westerbork pour le camp de concentration de Bergen-Belsen. Parmi les déportés se trouve la famille des Frank avec leur fille Anne.

09:07 Écrit par la vraie sioniste dans histoire souvenir | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/09/2006

11 septembre

 

   Guysen >> Culture
 
Souviens toi… 11 septembre
Par Claude Bensoussan pour Guysen Israël News
Dimanche 10 septembre 2006 à 21:35
 
Mémoire...

Rubrique quotidienne

Une exclusivité Guysen Israël News

1902

Des émeutes antijuives éclatent à Czestochowa (Pologne). Les maisons juives sont détruites, les boutiques pillées et les juifs battus dans les rues. L'armée doit intervenir : environ 200 émeutiers, dont 2 prêtres, sont arrêtés.

1939

Les troupes allemandes occupent la ville de Kaluszyn (province de Varsovie), où vivent 6 500 juifs. Beaucoup sont enfermés dans la grande église et torturés durant trois jours. Des juifs vivent à Kaluszyn depuis le XVIIe siècle.

40 juifs sont brûlés vifs par les nazis à Solec, sur la Vistule (Pologne).

5 Polonais et 1 juif sont fusillés par la police de sûreté dans la ville de Zdunska Vola, au sud-ouest de Varsovie.

La Wehrmacht assassine 12 juifs dans le village de Tuchow (district de Tarnov, Pologne).

65 juifs sont assassinés au cours d'un pogrome quand les Allemands occupent le village de Wyszkov (district de Varsovie). Wyszkov possède un séminaire théologique (yeshiva). Le futur commandant de la révolte du ghetto de Varsovie, Mordehaï Anilewicz, est originaire de Wyszkov.

1942

En ce jour de Rosh ha Shana, 1 600 juifs de Grodek (R.S.S. de Biélorussie) sont assassinés par les nazis. Environ 400 survivants sont conduits au ghetto de Krasnoye.

Les SS et la police ukrainienne assassinent 1 200 juifs à Druszkopol (Volhynie, R.S.S. d'Ukraine).

Un trente et unième convoi, avec 1 000 juifs, hommes et femmes, quitte le camp de regroupement de Drancy pour le camp d'extermination d'Auschwitz. 920 déportés sont aussitôt gazés. 13 hommes seulement survivront jusqu'à la libération du camp, en 1945.

En deux jours, les SS assassinent 3 600 juifs à Stolin (R.S.S. de Biélorussie).

Début de la liquidation des 10 000 juifs du ghetto de Lida (district de Novogrudok, R.S.S. de Biélorussie), qui s'étend sur neuf jours : de nombreux juifs sont tués et les autres déportés au camp d'extermination de Treblinka (Pologne).

235 juifs fuient le ghetto de Horochov (district de Luzk, Pologne) pour rejoindre dans les bois les partisans qui luttent contre les Allemands.

874 internés juifs sont déportés du camp de regroupement de Westerbork au camp d'extermination d'Auschwitz.

1943

Des juifs sont déportés du camp de concentration de Theresienstadt au camp d'extermination d'Auschwitz.

Début de la liquidation des ghettos de Minsk et de Lida (R.S.S. de Biélorussie) : elle prend trois jours.

13:30 Écrit par la vraie sioniste dans histoire souvenir | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : shoah peuple juif nazisme |  Facebook |

10/09/2006

10 septembre

Souviens toi…10 septembre
Par Claude Bensoussan pour Guysen Israël News
Samedi 9 septembre 2006 à 21:07
 
Mémoire...

Rubrique quotidienne

Une exclusivité Guysen Israël News

1349

Les rares juifs qui ont survécu au massacre de la communauté de Constance (Allemagne), en mars 1349, sont brûlés sur le bûcher. La communauté juive de Constance a cessé d'exister.

1939

La Wehrmacht tue 11 juifs à Grygrow (district de Wegrov, Pologne).

La Wehrmacht tue 13 juifs à Mszczonow (district de Blonie, Pologne).

La Wehrmacht tue 10 juifs à Ostroviec (district de Kielce, Pologne).

La Wehrmacht fusille 43 personnes, dont la plupart sont des juifs, à Piatek (district de Leczyca, Pologne).

1942

Les SS assassinent 200 juifs à Blihusz, près de Vilna.

En cette veille de Rosh ha Shana, les nazis déportent 533 juifs de Nuremberg et 990 juifs de Vienne (Autriche) au camp de concentration de Theresienstadt. Seuls 27 juifs de Nuremberg survivront à la guerre.

800 juifs de Malgoszcz (district de Kielce, Pologne) sont conduits au centre de regroupement de Jendrzejov (Pologne).

8 000 juifs de Sanok et des environs (district de Rzeszow, Pologne du Sud-Est) sont internés dans le ghetto de Sanok. Les vieillards et les malades sont conduits dans une forêt voisine et fusillés. 5 000 juifs de ce ghetto sont déportés au camp d'extermination de Belzec, en même temps qu'un convoi de 8 000 juifs du ghetto de Tarnov (district de Cracovie).
Une communauté juive existait à Sanok depuis la fin du XVIe siècle. Sous les règnes d'Auguste II et d'Auguste III, la communauté obtint divers privilèges lui permettant de se développer. Benzion Katz y est né. Au début de la guerre, plus de 5 000 juifs y résidaient.

Les SS assassinent 750 juifs du village de Horodna et 550 juifs de Plotnice (Polésie, Pologne).

Les nazis fusillent les membres du Conseil juif de Stolin (district de Pinsk, R.S.S. de Biélorussie). Les vieillards et les malades du ghetto sont tués dans leur lit. Les autres juifs sont rassemblés sur la place du Marché puis conduits par groupes de 500 dans la forêt voisine de Dolin, où ils sont fusillés en dépit d'une résistance farouche. Quelques-uns seulement parviennent à se réfugier dans les bois, où ils tentent de se joindre aux partisans. Les paysans livrent les juifs aux Allemands. Les juifs arrêtés sont pendus en public.

1943

Les juifs de Miedzyrzec (Pologne) résistent aux nazis. 5 juifs sont tués par les SS.

14:08 Écrit par la vraie sioniste dans histoire souvenir | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/09/2006

fier d'etre juif

Samedi 09 Septembre 2006
Pourquoi je peux etre fier d'etre juif...

Pourquoi je peux etre fier d'etre juif...

"Voilà pourquoi j’aime être Juif.
C’est uniquement la télé et les médias qui font en sorte que les gens pensent que la fin du monde est proche.
Il y a seulement 60 ans, les Juifs étaient menés à l’abattoir comme des moutons.
Pas de pays. Pas d’armée... il y a 60 ans !

Sept pays arabes déclarèrent la guerre au petit Etat juif, seulement quelques heures après sa création !
Nous étions alors 650 000 Juifs !
Contre le reste du monde arabe !
Pas de Tsahal (armée de défense d’Israël).
Pas de puissante Armée de l’Air, seulement des gens courageux avec nulle part où aller.
Liban, Syrie, Irak, Jordanie, Egypte, Libye, Arabie Saoudite attaquèrent tous en même temps.

Le pays que l’ONU nous a « donné » était un désert à 65%.
Le pays est sorti de nulle part !
Il y a 35 ans ! Nous avons combattu les trois armées les plus puissantes du Moyen-Orient, et nous les avons balayées en six jours.
Nous nous sommes battus contre différentes coalitions de pays arabes, qui avaient des armées modernes et de nombreuses armes soviétiques, et nous les avons toujours battues !

Aujourd’hui nous avons :
Un pays,
Une armée,
Une puissante Armée de l’Air,
Une économie à la pointe de la technologie, qui exporte des millions de dollars.
Intel – Microsoft – IBM y développent des produits,chez nous .
Nos docteurs remportent des récompenses pour leurs recherches dans le domaine médical.
Nous faisons fleurir le désert, et vendons des oranges ,des fleurs et des légumes au monde entier.

Israël a envoyé ses propres satellites dans l’espace !
Trois satellites en même temps !
Nous sommes fiers d’être au même rang que :
Les Etats-Unis, qui ont 250 millions d’habitants,
La Russie, qui a 200 millions d’habitants,
La Chine, qui a 1.3 milliards d’habitants ;
Les Européens – France, Grande-Bretagne, Allemagne – qui ont 350 millions d’habitants.
Les seuls pays au monde à envoyer des objets dans l’espace !
Israël fait aujourd’hui partie de la famille des puissances nucléaires,
Avec les Etats-Unis, la Russie, la Chine, l’Inde, la France, et la Grande-Bretagne.
(Nous ne l’avons jamais admis officiellement, mais tout le monde le sait…)

Et dire qu’il y a seulement 60 ans,
Nous étions menés, honteux, sans espoir, au massacre !
Nous nous sommes extirpés des ruines fumantes de l’Europe,
Nous avons remporté nos guerres ici avec moins que rien
Nous avons construit notre petit « empire » à partir de rien.
Qui est M. Arafat pour me faire peur ?
Pour me terrifier ?
Vous me faites rire !

Pessah’ a été célébré ;
N’oublions pas de quoi il s’agit.
Nous avons survécu à Pharaon,
Nous avons survécu aux Grecs,
Nous avons survécu aux Romains,
Nous avons survécu à l’Inquisition en Espagne,
Nous avons survécu aux pogroms en Russie,
Nous avons survécu à Hitler,
Nous avons survécu aux Allemands,
Nous avons survécu à l’Holocauste,
Nous avons survécu face aux armées de sept pays arabes,
Nous avons survécu à Saddam.
Nous survivrons aux ennemis présents également.

Pensez à n’importe quelle époque de l’histoire humaine !
Pensez-y, pour nous, le peuple juif,
La situation n’a jamais été meilleure !
Alors regardons le monde en face,
Rappelons-nous :
Toutes les nations ou les cultures
Qui un jour ont voulu nous détruire,
N’existent plus aujourd’hui – alors que nous vivons toujours !
L’Egypte ?
Les Grecs ?
Alexandre de Macédoine ?
Les Romains ? (Quelqu’un parle-t-il encore latin de nos jours ?)
Le troisième Reich ?
Et regardez-nous,
La nation de la Bible,
Les esclaves d’Egypte,
Nous sommes toujours là,
Et nous parlons la même langue !
Ici, et maintenant !
Les Arabes ne le savent pas encore,
Mais ils vont apprendre qu’il y a un D.ieu.

Tant que nous gardons notre identité, nous sommes éternels.
Alors excusez-nous de ne pas nous inquiéter,
De ne pas pleurer,
De ne pas avoir peur.
Les choses vont bien ici.
Elles pourraient certainement aller mieux,
Cependant :
Ne croyez pas les médias,
Ils ne vous disent pas
Que les fêtes continuent d’avoir lieu,
Que les gens continuent à vivre,
Que les gens continuent à sortir,
Que les gens continuent à voir des amis.

Oui, notre moral est bas.
Et alors ?
C’est seulement parce que nous pleurons nos morts pendant que d’autres se réjouissent du sang versé.
C’est la raison pour laquelle nous gagnerons, en fin de compte.

Faites suivre cette information à toute la communauté et au monde entier.
Ils font partie de notre force. "


Traduit de l’anglais par Marc AZOULAY

source : www.lepetitsioniste.com

14:28 Écrit par la vraie sioniste dans histoire souvenir | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/09/2006

8 septembre

Souviens toi… 8 septembre
Par Claude Bensoussan pour Guysen Israël News
Jeudi 7 septembre 2006 à 23:01
Mémoire...

Rubrique quotidienne

Une exclusivité Guysen Israël News

1939

Les Allemands occupent la ville de Lodz (Pologne centrale), où vient 233 000 juifs. Beaucoup d’ente eux parviennent à fuir vers la partie de la Pologne occupée par l’U.R.S.S.
Les habitants juifs constituaient le tiers de la population totale de la ville. Toutes les organisations juives y étaient actives, et Lodz possédait ses propres journaux juifs.

60 personnes, des juifs pour la plupart, sont assassinées par les nazis à Konskie (Pologne).

La Wehrmacht assassine 150 juifs à Trzebinia (district de Cracovie).

La Wehrmacht fusille 41 juifs dans le village de Krasnosiele Lesny (district de Makov Mazoviecki, Pologne).

L’armée allemande occupe la ville de Skiernievice (province de Lodz, Pologne centrale), où vivent 4 500 juifs. Des juifs ont habité la ville à partir de la seconde moitié du XVIe siècle. On compte parmi eux des érudits célèbres, tel Rabbi Meïr Yahiel Levi Holzstock.

Les Allemands occupent Ostrov (Mazoviecki (province de Varsovie), où vivent 7 000 juifs. Ils se livrent à un pogrome au cours duquel 50 juifs sont assassinés.

Plusieurs juifs sont fusillés lors de l’entrée des troupes allemandes à Zyrardov (province de Varsovie), dont la communauté compte 3 000 âmes.

150 juifs sont assassinés et la synagogue est brûlée quand les troupes allemandes occupent Rypin (province de Bydgoszcz, Pologne), où vivent 2 500 juifs. Rypin se trouve incorporé dans le Reich allemand et fait désormais partie de la province de Dantzig (Prusse occidentale, aujourd’hui Gdansk).

1942

Un convoi de 1 000 juifs quitte le camp de concentration de Theresienstadt pour Minsk-Trostinets (R.S.S. de Biélorussie), où ls déportés sont fusillés dès leur arrivée.

Un deuxième convoi de 1 000 juifs, hommes et femmes, quitte le ghetto de Theresienstadt pour Brest-Litovsk. Là, ils montent dans des wagons à ciel ouvert qui les conduisent 10 kilomètres après la gare de Minsk. Des SS armés entourent le convoi. Les juifs doivent descendre et sont dépouillés de tous leurs biens. 44 juifs vigoureux sont choisis pour décharger les bagages. Tous les autres montent à bord de camions où ils sont asphyxiés par les gaz d’échappement. Leurs cadavres sont enterrés dans des fosses communes creusées dans la forêt de Maly Trostinets.

Les 44 juifs restants sont conduits au camp de Maly Trostinets, où des centaines de juifs se trouvent déjà internés. Ils sont soit fusillés, soit pendus, soit assassinés d’une autre manière par les SS. Quand l’armée soviétique approche du camp, il est incendié. 25 prisonniers parviennent à s’enfuir, mais 4 seulement survivront.

Un huitième transport de 1 000 juifs, dont 238 enfants, quitte le camp de regroupement de Malines (Belgique) pour le camp d’extermination d’Auschwitz. 34 déportés seulement survivront jusqu’à la libération du camp, en 1945.

1943

Un convoi de 3 442 juifs quitte Moravska Ostrava (Moravie, Tchécoslovaquie) pour le camp d’extermination d’Auschwitz, où les déportés sont assassinés à leur arrivée.

11:01 Écrit par la vraie sioniste dans histoire souvenir | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/09/2006

7 septembre


Guysen >> Culture 
 
 
Souviens toi… 7 septembre
 
Par Claude Bensoussan pour Guysen Israël News
 
Mercredi 6 septembre 2006 à 23:11
 
 
 Mémoire...

Rubrique quotidienne

Une exclusivité Guysen Israël News


1939

7 juifs sont tués par la Wehrmacht, l’un d’eux étant brûlé vif, dans le village de Zgierz au sud-ouest de Varsovie.

Les Allemands occupent Aleksandrow Lodski (Pologne centrale),où vivent 3 500 juifs. La synagogue est brûlée avec les rouleaux de la Torah. Tous les ouvrages religieux avaient été confisqués chez les particuliers et rassemblés à la synagogue. De nombreux juifs qui tentent de sauver leurs livres sont tués. En outre, 60 juifs sont fusillés par la Gestapo et la police.

Les troupes allemandes occupent Pultusk (province de Varsovie), où vivent 9 000 juifs, et en tuent 14. La communauté de cette ville existait depuis la seconde moitié du Xve siècle. Elle bénéficiait d’un édit de tolérance remontant au XVIe siècle, rendu par le roi de Pologne Sigsmond II Auguste. Des érudits célèbres ont vécu à Pultusk, dont Rabbi Joshua de Kittno et Rabbi Jakob Grodzinski.

1942

Un convoi de 1 000 juifs, hommes et femmes, quitte le camp de regroupement de Drancy (France) à destination du camp d’extermination d’Auschwitz, où 889 déportés sont gazés dès leur arrivée. 34 hommes seulement survivront jusqu’à la libération du camp, en 1945.

Les juifs du ghetto de Kossov (R.S.S. d’Ukraine) sont conduits sur la grand-place, tandis que les Allemands et des policiers ukrainiens fouillent les maisons à la recherche de juifs qui s’y cacheraient. 150 sont découverts et fusillés sur place. 600 juifs sont déportés au camp d’extermination de Belzec (Pologne).

1943

987 internés juifs sont déportés du camp de regroupement de Westerbork au camp d’extermination d’Auschwitz.

1944

29 juifs sont déportés de Vienne au camp d’extermination d’Auschwitz. Après sélection, 4 femmes juives restent dans le camp. Les autres déportés sont gazés.


 
 
 

10:09 Écrit par la vraie sioniste dans histoire souvenir | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |