10/09/2006

biographie du rabbi

Le 11 Nissan 5662 (1902) : Naissance du Rabbi
 
Rabbi Mena'hem Mendel Schneerson naquit le 11 Nissan 5662 (1902), à Nikolaiev, pour de longs jours et de bonnes années. Son père était Rabbi Lévi Its'hak, fils de Rabbi Barou'h Chnéor, petit fils de Rabbi Lévi Its'hak, Rav de Podobranka et de Béchenkovitch et arrière petit-fils de Rabbi Barou'h Chalom, le fils aine du Tséma'h Tsédek. Sa mère était la Rabbanit 'Hanna, fille de Rabbi Meïr Chlomo Yanowski, le Rav de Nikolaiev et de la Rabbanit Beïla Rivka, fille de Rabbi Avraham David Lavout, Rav de Nikolaiev et auteur de nombreux livres. La mère de la Rabbanit 'Hanna était la Rabbanit Ra'hel, fille de Rabbi Its'hak l'osnits, Rav de Dobrinka. Le Rabbi eut également deux frères, Rabbi Dov Ber, qui fut assassiné par les nazis et Rabbi Israël Aryé Leïb.
 
Le 18 Nissan 5662 (1902) : Circonsition du Rabbi
 
Lorsque le Rabbi naquit, le Rabbi Rachab envoya cinq télégrammes à son père pour lui donner des indications précises sur l'éducation qu'il convenait de lui donner. Sa circoncision eut lieu le 18 Nissan, jour de l'anniversaire de son père, dans la maison de Rabbi Meïr Chlomo et Rabbi Lévi Its'hak, à cette
occasion, expliqua le lien entre cet événement et le second jour de 'Hol Hamoed Pessa'h.
  
A 2 ans et demi, le Rabbi quitta son berceau pour prendre part à la prière d'Arvit !
 
A deux ans, le Rabbi posa déjà les quatre questions, lors du Seder de Pessa'h. A deux ans et demi, s'apercevant qu'un Minyan était organisé dans la maison de son père, pour la prière d'Arvit, il quitta son berceau et se joignit à la prière. Lorsqu'il avait quatre ans, un pogrom eut lieu à Nikolaiev et les Juifs durent se cacher. Le Rabbi se chargea alors de calmer les enfants, racontant une petite histoire à l'un et donnant une sucrerie à l'autre, afin que leur cachette ne soit pas découverte.
Lorsque le Rabbi avait cinq ans, sa famille déménagea à Yékatrinoslav, qui devint ensuite Dniepropétrovsk, en Ukraine, ville dont son père devint le Rav. Pendant sa jeunesse, il consacra toute son ardeur à l'étude, dans la maison de son père. Déjà, à l'âge de la Bar Mitsva, il était considéré comme un Gaon et, par la suite, il parvint à accumuler de gigantesques connaissances. Son père prit l'habitude de le consulter pour toute chose et de se conformer à son avis, même lorsqu'il était encore enfant.
  
Le 14 Kislev 5689 (1928) : Mariage du Rabbi et de la Rabbanit 'Haya Mouchka
 
Le Rabbi Rayats, lorsqu'il quitta la Russie pour Riga, en 5688 (1928), fournit aux autorités la liste de ceux qui devaient l'accompagner. Il mentionna également le Rabbi, précisant qu'il était son futur gendre. Il le suivit effectivement et quitta la Russie quelques semaines après lui. Son mariage avec la Rabbanit 'Haya Mouchka, fille du Rabbi Rayats, fut célébré avec beaucoup de faste, le mardi 14 Kislev 5689 (1928), à Varsovie. Son père, Rabbi Lévi Its'hak, ne put bien sur quitter la Russie pour y assister mais lui adressa plusieurs lettres et organisa lui-même, ce jour-là, une grande fête, chez lui, à Yékatrinoslav. Tous les grands de la Torah de Pologne et de quelques autres pays furent présents. La veille, à 20 heures, eut tout d'abord lieu
un premier repas, réservé aux élèves de la Yechiva. Puis, le jour même, la cérémonie commença à 17 heures, dans la Yechiva, qui avait été spécialement décorée pour l'occasion. Le Rabbi Rayats était particulièrement joyeux et dansa, pendant le repas, avec les Rabbanim de la Yechiva. Le lendemain, mercredi, un repas de "Cheva Bera'hot" (sept bénédictions nuptiales) fut organisé, à la Yechiva également, et de nombreux Rebbeïm et Rabbanim de Pologne y prirent part. Puis, jeudi matin, le Rabbi Rayats rentra chez lui, à Riga.

La suite de la biographie du Rabbi est peu connue. On sait qu'il habita, avec la Rabbanit, dans différents pays d'Europe. Il résida tour à tour à Berlin, à Paris, passa quelques temps en Suisse. C'est en France qu'il se trouvait lorsque la guerre mondiale éclata. Il se déplaça alors souvent, passant d'une ville à l'autre, jusqu'à ce que le Rabbi Rayats, son beau-père, obtienne pour lui et sa fille un visa leur permettant de résider aux Etats Unis
  
Le 28 Sivan 5701 (1941) : Le Rabbi et la Rabbanit s'installent à New York
 
Le 28 Sivan 5701 (1941), il s'installa à New York, avec la Rabbanit. Aussitôt, le Rabbi Rayats, son beau-père, lui confia des responsabilités communautaires. Il devint, en 5702 (1942), président du bureau exécutif de Ma'hané Israël, du Merkaz Leïnyaneï 'Hinou'h et de la maison d'édition Kehot, puis, en 5703 (1943), éditeur en chef de la bibliothèque de Loubavitch. Depuis lors, il s'emploie à publier les écrits des précédents Rebbeïm, y ajoutant références et commentaires.
  
En 5703 (1943), Le Rabbi édite le receuil "Hayom Yom" - En 5714, rédaction des idées du Tanya
 
Par ailleurs, il édita, en 5703 (1943), à la demande de son beau-père, le recueil "Hayom Yom", qu'il rédigea lui-même, puis en 5706 (1946), la Haggada de Pessa'h, avec un recueil de coutumes et de commentaires dont il est l'auteur. Il rédigea également un index des idées du Tanya, qui fut publié en 5714 (1954).
  
Le 20 Menah'em Av 5704 (1944) : Il perd son père et en 5710, son beau-père
 
Le 20 Mena'hem Av 5704 (1944), il perdit son père et c'est en 5710 (1950) que son beau-père quitta ce monde. Le Rabbi utilisa cette année 5710 pour renforcer et développer toutes les institutions du Rabbi Rayais. Selon le souhait émis par son beau père peu avant son décès, le Rabbi fonda un réseau éducatif en Afrique du Nord, qui prit le nom de "Tentes de Yossef Its'hak-Loubavitch". En 5712 (1952), il l'étendit en Terre Sainte et en Australie. En 5714 (1954), il fonda l'école d'agriculture de Kfar 'Habad et, en 5715 (1955) l'école professionnelle, également située à Kfar 'Habad. Il créa les écoles de jeunes filles Beth Rivka, en 5716 (1956), en Australie et à Montréal. Il fonda également une Yechiva à Toronto, au Canada.
  
Le 10 Chevat 5711 : Il prend la tête des 'Hassidim 'Habad
 
Le 10 Chevat 5711, il prit la tête des 'Hassidim 'Habad et prononça son premier discours public de 'Hassidout. Immédiatement, il se révéla être un dirigeant, un érudit et un maître. Il témoigna d'un amour sans limite pour chaque Juif, jeune ou vieux, religieux ou non, érudit ou n'ayant que peu de connaissances. Il reçoit depuis lors les dirigeants communautaires du monde entier et de tous les horizons, qui viennent prendre conseil auprès de lui.

A partir de cette date, son histoire se confond avec celle de Loubavitch qui, sous son impulsion, connaît un élan extraordinaire. Le Rabbi poursuit l'œuvre de structuration entreprise par son beau-père. A ce titre, il fonda, en 5712 (1952), Tseïreï Agoudat 'Habad, l'association des jeunes 'Hassidim 'Habad en Terre Sainte, et en 5715 (1955) aux Etats Unis et au Canada. Il fonda, en 5712 (1952) Necheï Oubenot 'Habad, l'association des femmes et jeunes filles 'Habad en Terre Sainte, puis, en 5713 (1953), aux Etats Unis et dans d'autres pays.
  
En 5713 : Le Rabbi rétablit l'ancienne cputume de répartir l'ensemble des traités du Talmud
 
Il restaura également la splendeur de la 'Hassidout. C'est ainsi qu'en 5713 (1953), il rétablit l'ancienne coutume de répartir, dans chaque communauté 'hassidique, l'ensemble des traités du Talmud, de sorte que l'étude en soit conclue chaque année, le 19 Kislev. Il fonda, en 5714 (1954), le Keren Hachana, fonds de charité permettant à ses membres une participation quotidienne aux actions de bienfaisance et en 5715 (1955) un fonds de subvention pour l'étude de la Torah.
  
En 5718 (1958) : Le Rabbi introduit la notion de "Oufaratsta" et tu te répandras
 
L'année 5718 (1958) marqua un tournant dans son œuvre. C'est alors qu'il introduisit la notion de "Oufaratsta", "et tu te répandras", selon la promesse divine faite à Yaakov, exprimée par le verset Béréchit 28,14. il demanda donc de répandre les sources de la 'Hassidout jusqu'à l'extérieur le plus large. En fait, la tradition 'hassidique, depuis le Baal Chem Tov, intégrait cette diffusion. Mais, le Rabbi lui donna une impulsion nouvelle et en fit le slogan de Loubavitch. Des "Beth 'Habad", maisons de 'Habad et vecteurs de cette diffusion commencèrent, dès 5720 (I960), à apparaître et il y en a, à l'heure actuelle, plusieurs centaines, dans le monde entier. L'enseignement, pris à la source, se diffusa et le Rabbi, la même année, introduisit une interprétation nouvelle du Tsavaat Haribach, le livre du Baal Chem Tov et instaura une étude du Tanya, dont il corrige lui-même le texte, à la radio américaine. De plus, il fit éditer, par la société Ni'hoa'h, des disques présentant les chants Loubavitch.

Le 11 Nissan 5722 (1962), il fonda, près de lui, un Kollel, permettant aux jeunes gens mariés, de poursuivre des études rabbiniques. La même année, il fonda le Keren Chnéor, un fonds destiné à financer la diffusion des écrits de l'Admour Hazaken et de ses successeurs ou à venir en aide aux institutions qui suivent son enseignement et agissent dans son esprit. Il conclut, en 5723 ( 1963) la rédaction du livre des 'Hassidim, établissant la liste des familles 'Habad et de tous leurs membres. Le 20 Mena'hem Av 5724 (1964), il créa le Keren Lévi Its'hak, fonds de bienfaisance portant le nom de son père, destiné à financer les écoles dispensant une éducation basée sur la Sainteté et les étudiants onsacrant à l'étude.
  
Le Shabbat 6 Tichri 5725 (1964) : Il perdit sa mère, la Rabbanit 'Hanna
 
II perdit sa mère, la Rabbanit 'Hanna, le Chabbat 6 Tichri 5725 (1964) et, moins d'un mois plus tard, le 4 'Hechvan, il introduisit, pour l'élévation de son âme, une interprétation nouvelle du commentaire de Rachi sur la Torah, accordant le sens simple et l'explication ésotérique, puis, en 5726 (1966), il créa le Keren 'Hanna, fonds de bienfaisance portant le nom de sa mère, permettant aux jeunes filles dépourvues de moyens de poursuivre leurs études de Torah.

Poursuivant son œuvre de diffusion de la Torah, il créa la Yechiva supérieure de Melbourne, en Australie. Le 24 lyar, Chabbat Bamidbar, il lança le "Mivtsa Tefilin", première des dix campagnes de Mitsvot qui allaient changer la face du monde. Il restaura la synagogue portant le nom du Tsema'h Tsédek, dans la vieille ville de Yerouchalaïm, immédiatement après sa libération. Il commença sa campagne pour éviter la restitution par Israël des territoires obtenus lors de la guerre des six jours.
  
En 5729-5730, le Rabbi introduisit une interprétation nouvelle de "Igueret Hatechouva"
 
En 5729 et 5730 (1969 et 1970), le Rabbi introduisit une interprétation nouvelle de "Igueret Hatechouva", troisième partie du Tanya, l'œuvre maîtresse de l'Admour Hazaken. C'est également en 5729 (1969), le dernier jour de Pessa'h, qu'il commença son combat pour le renforcement des quartiers juifs. Enfin, cette même année, il fonda Na'halat Har 'Habad, près de Kiryat Mala'hi, dans le sud d'Erets Israël, pour les réfugiés venus de Russie.
  
Le 10 Chevat 5730 (1970) : conclusion du Sefer Thora pour aller à la rencontre du Mashia'h
 
Le Chabbat Vaéra, 3 Chevat 5730 (1970), il fit part de son intention de conclure, juste avant le 10 Chevat, jour de la vingtième Hilloula, le Sefer Torah que son beau-père, le Rabbi Rayats, avait commencer d'écrire, afin d'aller à la rencontre du Machia'h. Il demanda à chacun de participer à l'achat de ses dernières lettres. Sa conclusion eut effectivement lieu le vendredi 10 Chevat.

C'est à Pourim, la même année, qu'il commença son combat contre l'effroyable décret de "Qui est Juif ?", permettant à un non-Juif, ayant fait un simulacre de conversion, d'être considéré, en Israël, comme un Juif à part entière. Le Rabbi édita également les livres de son père et commença à les commenter. Il le fit par la suite pendant de nombreuses années.
  
En 5731 (1971) : Le Rabbi lança un appel pour que l'on conquiert le monde par l'étude de la Thora
 
En 5731 (1971), le Rabbi lança un appel pour que l'on conquiert le monde par l'étude de la Torah et, en 5732 (1972), il créa le "comité pour les soixante et onze institutions", dont le but était de fonder, dans les meilleurs délais, soixante et onze nouvelles institutions de Torah. Il lança un appel, en 5733 (1973), pour que soient créées, à travers le monde, des bibliothèques, ouvrant à chacun l'accès aux livres de Torah. Pendant l'été, il lança un appel pour renforcer l'éducation juive des enfants, répétant sans cesse le verset des Psaumes "de la bouche des nourrissons et des jeunes enfants, Tu as fondé Ta force...pour supprimer l'ennemi et le vengeur". Lorsqu'il prononça ces mots, personne n'en comprit réellement le sens, puis, quelques mois plus tard, éclata la guerre de Kippour, que nul n'avait pu prédire à l'avance. Il créa, peu après, Kiryat 'Habad, à Tsfat, en Terre Sainte.
  
En 5734, Le Rabbi transforma la "Marseillaise" en un chant 'hassidique
 
En 5734 (1974), il transforma "la Marseillaise" en un chant 'hassidique, suivant ainsi la voie de l'Admour Hazaken, qui avait introduit la marche de Napoléon parmi les mélodies de la 'Hassidout. Dans un discours public, en français, il expliqua que ce chant permettrait de faire, en France, la révolution contre les forces du mal. Il fonda, la même année, la Yechiva supérieure de Miami, en Floride. Il compléta les campagnes de Mitsvot : outre les Tefilin, il introduisit l'étude de la Torah, la Mezouza, la Tsedaka, une maison pleine de livres sacrés, "Yavné et ses sages", les bougies du Chabbat et du Yom Tov, pour les femmes mariées, les jeunes filles et les petites filles à partir de l'âge de trois ans. Il introduisit également les "Tanks de Mitsvot", désormais bien connus, qui permettent la diffusion de ces campagnes, auxquelles il ajouta en 5735 (1975) la Cacherout de la nourriture et de la boisson et la pureté familiale. Dès lors, la diffusion de Judaïsme, dans le monde connut des proportions inconnues de par le passé.
  
En 5736 (1976) : Il souligne la nécessité d'obtenir l'ordination rabbinique avant de se marier
 
Le Rabbi poursuivit son œuvre, introduisant une nouvelle campagne avant même que la précédente n'ait pu recevoir une pleine application. En 5736 (1976), il souligna la nécessité pour chacun, d'obtenir l'ordination rabbinique avant de se marier. Il fonda la Yechiva supérieure de Seattle, à Washington. Il délégua également ses émissaires à Yerouchalaïm et à Tsfat, afin de renforcer la diffusion des valeurs juives en Terre Sainte. Quelques années plus tard, on peut constater à quel point ses émissaires ont changé la face de la Terre Sainte. Le Rabbi proclama "l'année de l'éducation" et, à la suite de cela, fonda la Yechiva supérieure de New Haven, dans le Connecticut. Il choisit douze versets et explications de nos Sages et demanda à chaque enfant juif de les apprendre par cœur. Il introduisit la coutume d'étudier, pendant les trois semaines de deuil séparant le 17 Tamouz du 9 Av, les Lois du Temple, qu'il commente lui-même publiquement pendant cette période. Il fonda le périodique "Yagdil Torah", publié à New York et à Yerouchalaïm, rapportant les explications de la partie législative de la Torah, données par les Rebbeïm 'Habad et leurs 'Hassidim. Il demanda d'instaurer en chaque endroit des cours publics et une caisse de bienfaisance. Enfin, il compléta la campagne des Mitsvot en introduisant une dixième campagne, celle d'Ahavat Israël, l'amour nécessaire envers chaque Juif, grâce auquel toutes les précédentes campagnes peuvent être fructueuses et durables.

Son audience s'accroit de jour en jour et il est incontestablement, à l'heure actuelle, l'une des plus grandes autorités du peuple juif. Son nom est mondialement connu et il poursuit inlassablement son œuvre. C'est ainsi qu'en 5737 (1977), il lança un appel aux institutions de Torah pour qu'elles instaurent, en toute occasion, la prière et la charité publiques, effectuées en présence d'un Minyan. Il demanda que soient nommés en tout endroit des "Machpyim" et "Machpyot", 'Hassidim guidant les autres dans leur parcours spirituel. Il publia, à cette occasion, le Kountrass Ahavat Israël, "traité sur l'amour du prochain". Il publia également la succession des discours 'hassidiques prononcés par le Rabbi Rachab entre 5672 et 5676 (1912 à 1916) et demanda la participation de chacun pour cette publication, qui fut réalisée quelques jours avant le 10 Chevat, Hilloula du Rabbi Rayais. La publication de ce texte marqua une étape nouvelle dans la connaissance de la 'Hassidout et son étude est désormais introduite dans toutes les Yechivot. Le Rabbi demanda aussi la publication du Sefer Halikoutim, compilation encyclopédique de nombreux concepts de la Torah et de la 'Hassidout, essentiellement basée sur les commentaires du Tsema'hTsédek. Par la suite, il délégua encore une fois des émissaires à Tsfat et fonda la Yechiva supérieure de Caracas, au Venezuela.
  
En 5738 (1978) : Le Rabbi restaure l'ancienne coutume d'apporter sa contribution aux démunis
 
En 5738 (1978), il restaura l'ancienne coutume faisant obligation à chacun d'apporter sa contribution pour que ceux qui sont dans le besoin puissent également célébrer les fêtes de la meilleure façon, Roch Hachana, la veille et l'issue de Yom Kippour, Soukkot, Chemini Atseret, Sim'hat Torah, Pourim, Pessa'h, Chavouot, conformément au verset "mangez des mets gras, buvez des boissons douces et envoyez des parts à ceux qui n'en ont pas". Il restaura également la tradition de prononcer publiquement des paroles d'éthique, les jours de jeûne. Il demanda la prolifération d'institutions de Torah et de prière. Il intensifia son combat contre la restitution des territoires libérés lors de la guerre des six jours et condamna sévèrement les accords tragiques de Camp David. Il fonda la Yechiva supérieure Or El'hanan 'Habad, à Los Angeles, en Californie. Il créa un institut chargé de diffuser les commentaires de la 'Hassidout apportés par tous les Rebbeïm. Il demanda que le Tanya soit imprimé dans tous les pays du monde, partout où se trouvent des Juifs. Il fonda, en 5739 (1979), un Kollel pour les jeunes gens mariés, à Melbourne, en Australie.
  
En 5740 (1980) : Le Rabbi demande aux enfants de ramener leurs parents à la Thora
 
Le Rabbi lança, en 5740 (1980), une campagne demandant aux enfants de ramener leurs parents vers le chemin du Judaïsme, en application du verset "II ramène le cœur des pères par les fils". Il fonda la Yechiva supérieure de Buenos Aires, en Argentine. Il demanda que des parades d'enfants soient organisées dans le monde entier, le jour de Lag Baomer. Il demanda aussi que les petits garçons et les petites filles, même touts petits, soient présents à la synagogue, le jour de Chavouot, lors de la lecture des Dix Commandements. Il prôna la natalité et condamna le planning familial, se basant sur le verset "croissez et multipliez". Il demanda la multiplication des Kollels, pour les jeunes gens et également pour les hommes et femmes du troisième âge. Ainsi, naquirent le Kollel Tiferet Ba'hourim pour les jeunes gens, le Kollel Tiferet Zekenim Lévi Its'hak pour les hommes et le Kollel 'Ho'hmat Nachim pour les femmes. Il instaura des réunions périodiques pour les enfants, n'ayant pas encore atteint l'âge de la Bar et de la Bat Mitsva.
  
En 5741 (1981) : Le Rabbi souligne l'importance de l'année du Hakhel
 
Le Rabbi souligna particulièrement l'importance de l'année du Hakhel, 5741 (1981), consacrée aux rassemblements des hommes, des femmes et des enfants "afin d'accomplir toutes les paroles de cette Torah". Il organisa les petits garçons de moins de treize ans et les petites filles de moins de douze ans en Tsivot Hachem, "armées de D.ieu", qui ont pour but de faire la révolution contre le mauvais penchant et dont le slogan est "We want Machia'h now", nous voulons Machia'h maintenant, chacun désirant profondément sa venue immédiate. Il donna ainsi l'impulsion première à un immense élan qui saisit un très grand nombre d'enfants juifs. Ceux-ci, tout à coup, retrouvent les valeurs traditionnelles du peuple juif et les mettent en pratique. Par ailleurs, il souligna l'importance de Sim'hat Beth Hachoéva, les réjouissances qui accompagnaient, dans le Temple, le moment où l'on puisait l'eau des libations. Le Rabbi, depuis cette année, a coutume de commenter le sens de la fête, chaque soir de Soukkot, après la prière du soir. Il demanda la publication d'un index des travaux 'hassidiques de l'Admour Hazaken et de ses successeurs. Il fonda une Yechiva supérieure à Casablanca, au Maroc, un Kollel à Montréal, au Canada. Il fixa le texte de la bénédiction du soleil, d'après la coutume de 'Habad. Celle-ci n'est que très rarement prononcée et, auprès du Rabbi, cette occasion revêt un faste tout particulier. Il demanda à tous les petits garçons et à tous les petites filles de s'unir en achetant une lettre d'un Sefer Torah, écrit pour eux, dans la vieille ville de Yerouchalaïm. Il insista pour que les enfants se trouvant de l'autre côté du rideau de fer achètent également ces lettres et s'engagent dans les Tsivot Hachem. Le premier Sefer Torah fut très vite achevé, lors d'une cérémonie qui eut lieu devant le Kotel Hamaaravi. Le Rabbi demanda aussitôt que soit commencée l'écriture d'un second. A l'heure actuelle, cette campagne a pratiquement touché tous les enfants juifs du monde. Le Rabbi, par ailleurs, s'opposa énergiquement à ceux qui désirent couper tout aide aux Juifs qui, traversant le rideau de fer, ne souhaitent pas monter en Israël.
  
En 5742 (1982) : Le Rabbi lance un appel pour que chacun achète une lettre d'un Sefer Thora
 
Poursuivant son œuvre d'unification du peuple juif, le Rabbi lança, en 5742 (1982) un appel pour que tous les Juifs, hommes, femmes et enfants s'unissent en achetant une lettre d'un Sefer Torah, qui sera écrit pour leur mérite. Il demanda également à la direction de la Yechiva Tom'heï Temimim d'écrire un Sefer Torah pour ses élèves ou anciens élèves et leur famille. De même, il demanda à la direction de Beth Rivka d'en écrire un pour ses élèves, avec leur famille et pour ses donateurs. Enfin, il lança un appel à Tsahal, l'armée de défense d'Israël, pour qu'un Sefer Torah soit écrit, dont chaque soldat pourra acheter une lettre. Il expliqua à ce propos que cette Mitsva est la dernière des 613 de la Torah et que certains décisionnaires lient son accomplissement à la fin de l'exil. Du reste, certains considèrent 5742 comme l'année de la venue du Machia'h et le Rabbi souligna que les lettres composant cette année forment les initiales de la phrase "Ce sera une année de venue du Machia'h". Depuis lors, il explique chaque année le sens des lettres en composant le chiffre de. Il organisa une campagne sans précédent de diffusion de la fête de 'Hanouka. Il fit publier une édition spéciale du Tanya, dans laquelle figurent toutes les pages de garde des nombreuses éditions du Tanya publiés à ce jour. Enfin, il lança un appel pour que l'opération "paix pour la Galilée" soit achevée au plus tôt et sans heurt, afin d'éviter les pertes, de part et d'autre.
  
En 5743 (1983) : Le Rabbi lance un appel aux non juifs pour l'accomplissement des 7 lois de Noé
 
En 5743 (1983), il souligna, dès le début de l'année, que celle-ci était la centième depuis le décès du Rabbi Maharach, dont le proverbe était "à priori par le dessus de l'obstacle". Ce principe, affirma-t-il, devait conditionner tout ce qui concerne cette année, de sorte que, comme l'indiquent les initiales de la phrase en formant le nombre, "ce sera une année de délivrance (ou de dévoilement) du Machia'h". Il lança un appel pour que les descendants de Noa'h accomplissent leurs sept Commandements. Il demanda que soit instaurée une minute de silence, au début de chaque journée, dans les écoles du monde entier, de sorte que les enfants prennent conscience "qu'un œil voit et une oreille entend". Il lança une pétition adressée à toutes les autorités du monde pour leur faire prendre conscience de la nécessité de renforcer l'éducation des enfants et de légiférer en ce sens. Cette pétition demandait également qu'une aide gouvernementale soit accordée aux écoles religieuses. Dès lors, l'autorité du Rabbi s'exerça également auprès des non-Juifs, qui le consultent et se confèrent à son avis. Ainsi, chaque année, le Sénat américain proclame la date de son anniversaire "jour de l'éducation" pour tous les Etats Unis.
  
En 5744 (1984) : Chaque Juif est en droit d'exiger de D.ieu la délivrance véritable et complète
 
Poursuivant sur cette lancée, le Rabbi, d'emblée, proclama, à propos de l'année 5744 (1984), "ce sera une année au cours de laquelle on entendra les propos du Machia'h", en fonction des lettres composant son chiffre en Hébreu. Considérant l'état critique du monde, il propose que chaque Juif fasse précéder, chaque jour, la prière du matin de la phrase "j'accepte sur moi l'accomplissement du Commandement: tu aimeras ton prochain comme toi-même" et conclut chaque prière du jour par "ainsi les justes loueront Ton Nom, les droits contempleront Ta Face". Fidèle à sa conception la plus pure de l'éducation des jeunes enfants, il lança un appel pour que ceux-ci, au cours de leurs jeux, ne soient pas mis en contact avec des animaux impurs. Il fonda une Yechiva supérieure à Johannesburg, en Afrique du Sud. Il renouvela encore une fois son appel pour que le Tanya soit imprimé en chaque endroit, même là où ne réside qu'un seul Juif et demanda que soit de nouveau édité un Tanya reprenant, en annexe, toutes les pages de garde des précédentes éditions. Il expliqua avec insistance que chaque Juif est en droit d'exiger de D.ieu la délivrance véritable et complète par notre juste Machia'h. Là se trouve le point central de son œuvre et chaque pensée, chaque parole, chaque action devient un moyen de hâter sa venue. Dans cette optique, il instaura l'étude quotidienne du Michné Torah, œuvre maîtresse du Maïmonide, unifiant tout le peuple au moyen d'un texte qui codifie la totalité de la Torah, dont la connaissance intégrale est une condition préalable à la délivrance. Il définit, pour y parvenir, trois modalités d'étude, l'une basée sur trois chapitres par jour, afin de conclure ce livre dans l'année, la seconde, pour ceux qui ne peuvent adopter la précédente, ne comprenant qu'un chapitre par jour, pour conclure le livre en trois ans et la troisième, pour ceux qui n'ont pas accès au Michné Torah, reprenant dans le Sefer Hamitsvot du Maïmonide, les Commandements développés par la première modalité. Le Rabbi demanda également que soit diffusé un livre établissant les sources des décisions hala'hiques du Maïmonide.
  
En 5745 (1985) : Le Rabbi demande de doubler sa participation à la Tsédakah la veille de Shabbat
 
La signification de 5745 (1985) fut, selon l'explication du Rabbi, "ce sera l'année du Roi Machia'h". Le Rabbi lança un appel pour que chacun double sa participation à la Tsedaka, à la veille du Chabbat, du Yom Tov ou du Roch 'Hodech. Il demanda que soient organisées, avec le plus grand faste, des conclusions publics du premier cycle d'étude du Michné Torah et que commence immédiatement l'étude du second cycle. Il rappela, par ailleurs, que le nom de la synagogue de Loubavitch, au 770 Eastern Parkway, ainsi que du bâtiment du Kollel attenant, était "maison de l'union des 'Hassidim 'Habad-Tente de Yossef Its'hak-Loubavitch". Il demanda que soit bâti en Erets Israël un édifice similaire et portant le même nom. Il lança également un appel aux Rabbanim pour qu'ils acquièrent une expérience pratique avant de trancher la Loi. Son enseignement parvient à tous les Juifs et, inlassablement, il reçoit les plus hauts responsables comme les Juifs les plus simples, leur prodiguant conseils et bénédictions.
  
En 5746 (1986) : Le Rabbi demande que soit diffusé des passages de la Torah
 
5746 (1986) apporta une nouvelle initiative du Rabbi et un pas de plus vers la délivrance messianique. Dès le début de l'année, le Rabbi demanda que soient largement diffusées des passages de la Torah enjoignant d'espérer, d'implorer et d'exiger la venue de notre juste Machia'h. Pour y parvenir, il proposa l'organisation suivante. Chacun enverrait à dix amis une lettre reproduisant ces passages, leur demanderait d'en faire dix copies et de les envoyer, à leur tour, à dix amis. Il demanda aussi d'intensifier l'étude des personnes âgées et des jeunes enfants, de même que celle de tous les autres Juifs. Il demanda encore que des Beth 'Habad soient créés, là où ils n'existent pas, ou soient élargies, s'ils existent effectivement. Il proposa de continuer l'effort pour que le Tanya soit imprimé en tout endroit, le propagation des idées de la 'Hassidout étant le moyen de hâter la délivrance. Il expliqua que la conclusion du second cycle d'étude du Michné Torah devait être célébrée avec encore plus de faste que la première et que les explications de Torah données à ce propos devaient faire l'objet d'une publication. Il instaura un contrôle régulier des connaissances pour les élèves de la Yechiva et demanda à chacun, homme, femme ou enfant, de mettre en pratique la sentence de la Michna "désigne-toi un Rav (un maître, un guide)", de consulter régulièrement ce Rav pour tout ce qui concerne l'étude de la Torah et le service de D.ieu. A la fin de l'année, pendant le mois d'Elloul, il demanda à chacun de participer à des réunions 'hassidiques et d'éveiller en soi le fervent espoir en la venue du Machia'h.
  
En 5747 (1987) : Le Rabbi demande la multiplication des Beth 'Habad
 
Il proclama, à propos de l'année 5747 (1987), "celle-ci sera l'année du Machia'h". Il demanda de poursuivre la multiplication des Beth 'Habad et, pour cela, en donna une définition qui s'applique également à chaque demeure familiale, "maison de Torah, de prières et de bonnes actions". En conséquence, il demanda à chacun de développer ces trois domaines du service de D.ieu chez lui. Le même appel s'adresse aux enfants qui peuvent réaliser tout cela dans leur chambre, y donner de la charité dans un boîte réservée à cet effet et qui leur appartiendra, de même qu'un Siddour et un 'Houmach, dans lesquels sera inscrite la mention "à D.ieu appartient la terre et ce qu'elle contient", suivie du nom de l'enfant. Il diffusa également la pratique consistant à placer, lors d'une naissance, le texte d'un Psaume, "Chir Hamaalot", pendant toute la durée de l'accouchement, puis près du berceau de l'enfant. Il créa Kiryat Chamir, une ville 'Habad à Yerouchalaïm, pour les nouveaux immigrants d'Union Soviétique, parmi lesquels figurent de nombreux scientifiques et académiciens.
  
En 5748 (1988) : Année du Hakhel, c'est l'occasion de nombreux rassemblements
 
5748 (1988) fut, de différents points de vue, une année tout à fait particulière pour Loubavitch. Année du Hakhel, faisant suite à la Chemitta, elle fut l'occasion de nombreux rassemblements, d'une ampleur encore jamais connue. Le Rabbi en fit une année de grande joie, conformément à son nom hébraïque, Tissma'h, "tu te réjouiras" ou, avec une autre ponctuation, Tessama'h, "tu réjouiras les autres". Il demanda à chacun de s'inscrire, en remplissant une carte, pour prendre part à toutes les activités de ce rassemblement et de cette joie, afin qu'une considérable unité soit créée dans le monde entier, préparant ainsi la venue du Machia'h. Pendant la fête de 'Hanouka, il demanda que de l'argent soit donné aux enfants chaque jour.
  
Le 22 Chevat 5748 : La Rabbanit 'Haya Mouchka quitta ce monde
Le drame arriva le 22 Chevat, lorsque la Rabbanit 'Haya Mouchka quitta subitement ce monde. Pendant les sept jours du deuil, le Rabbi demanda que soient multipliées les institutions portant son nom. Le 25 Adar, jour de l'anniversaire de la Rabbanit, il introduisit une nouvelle pratique, la célébration par chacun du jour de son anniversaire, qui doit être l'occasion de s'élever moralement et de prendre de bonnes décisions, au cours d'une réunion amicale. Dès Tamouz, le Rabbi proclama 5749 (1989) "année du petit garçon et de la petite fille". En Elloul, il ajouta qu'elle serait également "année de la construction", puis, le 17 Elloul, il posa lui-même la première pierre du nouvel édifice de la grande synagogue du 770, Eastem Parkway.
  
En 5749 (1989) : Le Rabbi rétablit l'ancienne coutume de lire un chapitre de Tanya avant la prière
 
Dès le début de 5749 (1989), le Rabbi apporta d'importantes précisions sur les modalités pratiques concernant cette année "du petit garçon et de la petite fille", par ailleurs une "année intègre", dont le treizième mois permet d'harmoniser les cycles solaire et lunaire. C'est le jeudi 21 Tevet que le Rabbi cessa de conduire l'office et de réciter le Kaddich, onze mois s'étant écoulés depuis le décès de la Rabbanit. Sa première Hilloula fut célébrée le 22 Chevat, devant un énorme rassemblement de 'Hassidim. Le Rabbi souligna que, parvenu à la conclusion de la période au cours de laquelle "celui qui survit se souvient en son cœur", on entrait dans une ère nouvelle, coïncidant avec la quarantième Hilloula du Rabbi Rayais. Or, "c'est au bout de quarante ans qu'un homme perçoit profondément l'enseignement de son maître", dont on sait que le but était de dévoiler la délivrance ici-bas. En Nissan, le Rabbi rétablit l'ancienne coutume des 'Hassidim, consistant à lire un chapitre de Tanya chaque jour avant la prière.

Au cours d'un discours public dont une partie fut faite en français, il établit un lien entre le bicentenaire de la révolution française et la naissance du Tséma'hTsédek, en 1789, également. Celui-ci vint apporter à la sainteté les forces nécessaires à lutter contre celle-là. Puis, dès le mois d'Iyar, le Rabbi expliqua que l'année à venir, 5750, précisément la quarantième depuis 5710, lorsque le Rabbi Rayats quitta ce monde, était Tav-Chin-Noun, initiales de Téhé Chnat Nissim, "ce sera une année de grands miracles". Dans les premiers mois de cette année particulière, il souligna, en toute occasion, son caractère miraculeux et le fait qu'elle soit "la quarantième année". En effet, disent nos Sages, "c'est au bout de quarante ans que l'on perçoit l'enseignement de son maître".

Les commentaires sont fermés.