07/09/2006

soyons joyeux

Soyons joyeux !
Rav Haï Chemla
jeudi 7 septembre 2006 - 09:54



La paracha Ki Tavo débute par les Lois sur les Bikourim ou «prémices» de la récolte. Ainsi, un Juif devait amener au Beth Hamikdash la primeur de sa récolte pour les espèces qui font la gloire d’Erets Israël. A cette occasion, il récitait un texte qui nous est bien connu, car il figure dans la Haggada de Pessa’h : «Un Araméen voulait faire périr mon père. Il descendit en Egypte en petit nombre pour y séjourner. Il y devint un peuple grand, puissant et nombreux. Les Egyptiens nous firent du mal et nous affligèrent en nous donnant de durs travaux. Nous avons crié vers D. le D. de nos pères, et Il écouta notre voix et vit notre pauvreté notre labeur et notre oppression. Il nous fit sortir d ‘Egypte avec une main forte et un bras étendu avec une grande terreur des signes et des prodiges. Et Il nous a amenés dans cet endroit et nous a donné cette terre, terre qui ruisselle de lait et de miel. Et maintenant j’ai apporté les prémices des fruits de la terre que D. m’a donné»…Et tu te réjouiras de tout le bien que t’a donné l’E-ternel Ton D. à ta maison à toi au Lévi et à l’étranger qui vit avec toi»

La Tora nous demande de nous réjouir de tout le bien que D. nous envoie à chaque instant.

Mais la fin de cette paracha est beaucoup moins joyeuse que son début. En effet, dans la sixième montée nous lisons la terrible série de 98 malédictions que D. menace de nous envoyer si nous ne respectons pas Ses Lois. Nous lisons alors toutes les catastrophes qui se sont abattues sur notre peuple jusqu'à aujourd’hui ; les fléaux, la destruction, la famine, l’exil... 

Quelle est la raison invoquée clairement par la Tora pour tous ces fléaux ?

La désobéissance à la Voix de D. et surtout le manque de joie dans le Service de D. : «Toutes ces malédictions te surviendront, te poursuivront…parce que tu n’auras pas obéi à la Voix de D. pour observer Ses Mitsvot…parce que tu n’auras pas servi l’E-ternel Ton D. avec joie et bon cœur dans l’abondance de tous les biens, בשמחה ובטוב לבב מרב כל» !

Que vient faire la joie dans ce tableau ?

Le Rabbi, dans le HaYom Yom du 17 Elloul nous rapporte :  «L’Admour Hazaken lisait la Tora lui-même; il arriva qu’une fois il n’était pas à Lyozna le Chabbat de la paracha Ki Tavo ; son fils l’Admour Haémtsahi était encore jeune avant la Bar-Mitsva ; il écouta la lecture de quelqu’un d’autre. Le désespoir que lui causa la lecture des malédictions l’amena à une grande souffrance au point que l’Admour Hazaken hésita pour le faire jeûner à Yom Kippour. On demanda à l’Admour Haémtsahi : «Tous les ans, nous lisons cette paracha (quelle différence avec les autres années ?) ! Il répondit : «Lorsque mon père lit, elles ne semblent pas être des malédictions !»

Dans un Maamar du 9 Elloul 5759, le Rav Ginzbourg explique que les Tsadikim ressemblent à leur Créateur. De même que D. «n’a pas écouté Bilaam (venu maudire les Juifs) et que l’E-ternel Ton D. a transformé la malédiction en bénédiction» ; les Tsadikim (comme l’Admour Hazaken) peuvent transformer la malédiction en bénédiction ! La différence de valeur numérique entre le mot «bénédiction  ברכה» (227) et le mot «malédiction קללה» (165) est de 62. 62 est la guématria des mots «Très bon טוב מאד» (17^45=62). Ce qui signifie que l’adoucissement de la malédiction permet d’arriver à la bénédiction !

Et pour arriver à cela, il est nécessaire de dévoiler la joie dans l’accomplissement du Service de D. ! Et pour dévoiler cette joie dans le Service de D., il faut avoir de l’amour pour D., ainsi qu’il est écrit dans le Chéma : «Tu aimeras l’E-ternel Ton D….»

Le Rav Ginzbourg nous fait remarquer que les mots «Tu aimeras, ואהבת» et «avec joie et bon cœur,  בשמחה ובטוב לבב» ont la même valeur numérique (414 ); il en est de même des mots «avec joie et bon cœur dans l’abondance de tous tes biens, בשמחה ובטוב לבב מרב כל (706)» qui ont une valeur numérique double de celle du mot «joie, שמחה (353 .2 = 706)».  !

Cette joie de Servir D. permet donc de transformer les situations les plus noires en source de bénédiction ! Et la Tora nous enseigne que l’inverse peut aussi se produire et amener les fléaux qu’elle nous cite !

Le Rabbi de Prémishlan constate que le nombre de mots des malédictions de cette paracha est de 676 comme la valeur numérique de mot «malheurs, רעות» Mais il ajoute que le Tétragramme, d’une valeur numérique de 26 y apparaît 26 fois, ce qui fait aussi 676 ! Ceci confirme ce que dit le Zohar : dans chaque malédiction est cachée une bénédiction !

Comment peut-on ressentir de la joie dans le Service de D. ?

Le Tsadik se réjouit grâce au dévoilement de la Divinité qu’il peut ressentir du fait de son niveau spirituel très élevé.

Mais celui qui n’est pas encore arrivé à ce niveau se réjouira : de pouvoir assouvir sa soif de spiritualité lors de la prière ou l’accomplissement des Mitsvot ou bien il sera joyeux de constater que malgré son faible niveau, il a toujours la possibilité d’étudier la Tora et de respecter les Mitsvot ! Nos Sages nous ont appris que «la joie brise toutes les limites» ! Mais comment être joyeux aujourd’hui en constatant la situation dans laquelle nous nous trouvons ? Nous devons savoir que derrière chaque événement se cache «la Main de D.» et que nous vivons les derniers moments de l’exil durant lesquels l’obscurité est redoublée. La possibilité de rester un Juif authentique attaché à D. durant ces moments est d’une valeur inestimable et doit être en elle-même une source de joie ! Il est sûr qu’alors nous mériterons de faire tomber le voile de l’exil. Nous savons que le rire et la joie ne viennent que lors d’une nouveauté (c’est la raison pour laquelle on recherche de nouveaux invités durant chaque repas des 7 jours du mariage) La nouveauté de la période la Délivrance qui viendra très bientôt nous assurera alors le rire et la joie les plus sincères, très prochainement !

http://www.a7.fr

 


 

11:11 Écrit par la vraie sioniste dans judaisme thora | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.